Disp POPIN non abonne!
Energies Marines
ABONNÉS

Actualité

Naval Energies : Deux hydroliennes à l’export pour lancer l’usine de Cherbourg

Energies Marines

La nouvelle usine de Naval Energies dédiée à l’assemblage d’hydroliennes, dont la construction avait été officiellement lancée l’été dernier, vient d’être réceptionnée. Après la qualification des machines et des processus de fabrication, elle sera opérationnelle au printemps. Ce pôle, le premier du genre en Europe, va débuter son activité avec deux machines de 2 MW vendues à l’export. La première est destinée à un site d’essais au Japon. Sa construction devrait débuter en juillet en vue d’une livraison en fin d’année. Parallèlement, Naval Energies lancera la construction d’une nouvelle hydrolienne pour le parc pilote de la baie de Fundy, au Canada, où une première machine a été immergée et connectée au réseau électrique l’an dernier. Remise au sec suite à des défauts sur certains composants, elle devrait être remise à l’eau l’été prochain. La nouvelle hydrolienne produite à Cherbourg, qui intègrera certaines modifications et de nouvelles technologies, devrait être installée dans la baie de Fundy au printemps 2019.

En attendant, les équipes vont s’entrainer sur l’une des deux hydroliennes qui avaient été immergées sur le site de Paimpol-Bréhat.

Pour la suite, Naval Energies doit impérativement engranger des commandes. La société, dont Naval Group est le principal actionnaire, attend notamment le contrat portant sur le projet Normandie Hydro, porté par EDF Energies Nouvelles dans le cadre du parc pilote du Raz Blanchard (7 machines) et surtout les premiers appels d’offres pour des champs hydroliens commerciaux en France.

D’une surface de 5500 m², la nouvelle usine cherbourgeoise mesure 150 mètres de long pour 37 mètres de large et 20 mètres de hauteur. Elle est notamment équipée de deux moyens de levage d’une capacité de 90 tonnes. Installée sur le terre-plein aménagé par Ports Normands Associés près du quai des Flamands, elle pourra produire jusqu’à 25 machines par an, le site étant également prévu pour assurer la maintenance des hydroliennes installées en Manche.

 

Naval Group (ex-DCNS)