Energies Marines
Naval Energies : Les hydroliennes, c’est fini

Actualité

Naval Energies : Les hydroliennes, c’est fini

Energies Marines
Actualité

Après avoir investi dans l’aventure de l’hydrolien pas moins de 250 millions d’euros en à peine 10 ans, Naval Group arrête les frais. L’industriel et ses partenaires jettent l’éponge sur cette technologie mais maintiennent leur présence sur l’éolien flottant et l’énergie thermique des mers (ETM).  

Le Conseil d’administration de Naval Energies, société commune de Naval Group (55%) et Bpifrance, associés à Technip et BNP Paribas, a décidé le 25 juillet de mettre fin à l’activité de l’entreprise dans le domaine de l’hydrolien. La veille de cette décision, elle avait pourtant mené à bien le déploiement et la connexion au réseau électrique d’une nouvelle hydrolienne dans la baie de Fundy, au Canada, pour la seconde fois en deux ans. « La technologie que nous avons développée est mature et nous l’avons emmenée jusqu’à la phase de démarrage industriel. Mais le marché s’est fermé. Depuis quelques mois, nous constatons une très forte pression des autres énergies marines, en particulier l’éolien, qui a vu ses coûts drastiquement baisser. Pour compenser le coût plus élevé de l’hydrolien (Naval Energies espérait en phase commerciale faire baisser les coûts à environ 150 euros le MW/h, ndlr), nous avions une proposition de valeur, via la prédictibilité et la constance de cette énergie sur le long terme ainsi qu’un fort impact sur les économies locales. Nous avons …

Naval Group | Actualité industrie navale de défense