Défense
Naval Group : Les élections professionnelles rebattent les cartes syndicales

Actualité

Naval Group : Les élections professionnelles rebattent les cartes syndicales

Défense

Du 8 au 18 octobre, les personnels de Naval Group étaient appelés à voter pour élire leurs représentants aux nouveaux Comités Sociaux et Economiques (CSE). Un scrutin marqué par une assez forte participation (74%), qui a entrainé son lot de surprises et n’est pas sans rebattre les cartes quant au rapport de force syndical. Cela va notamment se traduire par différentes évolutions dans les postes clés des CSE au sein des différents sites de l’entreprise. Dans chacun, les nouveaux représentants du personnel éliront le 6 novembre le secrétaire, le trésorier et le secrétaire adjoint du nouveau Comité.

La CFDT demeure certes, en pourcentage de votes exprimés (31%) et en nombre d’élus dans les 9 établissements de Naval Group (59 sur 175), la première organisation de l’entreprise. Mais en réalité, elle est en recul et risque fort de perdre la tête de certains CSE cruciaux, à commencer par ceux de Brest et Toulon, bien partis pour revenir à la CGT. Elle devrait en revanche conserver Nantes-Indret et a de bonne chance de prendre à l’UNSA Lorient, où la CFE-CGC est en position d’arbitre. Ruelle connait aussi une situation de ballotage, la CFDT arrivant en tête mais avec la CGT et la CFE-CGC non loin derrière. A Cherbourg, la situation est à peu près comparable.  

Concernant les sites de région parisienne, la CFDT avait jusqu’ici celui de Bagneux et la CFE-CGC le siège. Les deux ont été fusionnés cette année et, à l’issue des élections, c’est la CFE-CGC qui est sortie en tête. Ce syndicat est d’ailleurs l’un des grands gagnants du scrutin, marquant globalement une belle progression au sein de l’entreprise (32 élus pour 16.5% des voix - et même 21% sur les deux seuls collègues où elle est présente). Confirmant sa première place chez les cadres et ingénieurs, la CFE-CGC devient représentative dans l’ensemble des 9 établissements et est même la seule organisation à disposer dans chacun des sites d’au moins deux élus.

La CFE-CGC devrait toutefois perdre le CSE de Saint-Tropez au profit de l’UNSA, qui devrait conserver le site d’Ollioules et a, elle aussi, bien progressé lors de ces élections en consolidant sa place de troisième syndicat de Naval Group (23.1% des voix, 39 élus). Quant à la CGT, seconde, elle est relativement stable en nombre de voix (25%) mais parvient à gagner des sièges, avec en tout 41 élus et comme on l’a vu la perspective de prendre deux des principaux CSE de l’entreprise.

Trois autres syndicats étaient en lice pour les élections professionnelles. Force Ouvrière et Sud ont obtenu chacun 2% des suffrages et deux sièges, Sud devenant une organisation représentative à Toulon et FO à Cherbourg et Nantes-Indret. Quant à la CFTC, elle n’a obtenu que 0.4% des voix, trop peu pour avoir un élu.

 

Naval Group | Actualité industrie navale de défense