Défense
Naval Group : priorité à la dissuasion
ABONNÉS

Actualité

Naval Group : priorité à la dissuasion

Défense

Comme toutes les entreprises disposant de sites industriels employant des milliers de salariés, Naval Group est confronté à l’épidémie de coronavirus. Un cas avéré de Covid-19 a été diagnostiqué à Cherbourg et des suspicions d’infection sont signalées dans l’environnement d’autres établissements. Se conformant aux directives du gouvernement, Naval Group généralise le télétravail à tous les personnels qui peuvent poursuivre leur activité à domicile. Mais il reste les chantiers, de construction ou de réparation de bâtiments de surface et sous-marins, qui constituent l’activité la plus exposée et pour laquelle les salariés doivent impérativement être présents. Suite aux dernières annonces du gouvernement, il a été décidé de mettre l’outil de production en sécurité et d’interrompre temporairement la construction des frégates et corvettes à Lorient, mais aussi à Cherbourg des sous-marins, à bord desquels il n’est pas en l’état possible de travailler en respectant les gestes barrière. « La priorité est d’assurer la santé et la sécurité des collaborateurs, tout en étant en mesure de répondre aux besoins urgents de nos clients français et étrangers. Nous nous concentrons donc sur nos missions essentielles, qui sont définies par les directions opérationnelles en lien avec les clients », explique-t-on chez Naval Group.

Parmi ces missions essentielles, la priorité est d’assurer le maintien de la posture de dissuasion, qui repose en particulier sur le bon fonctionnement des quatre sous-marins nucléaires lanceurs d’engins (SNLE) de la Marine nationale, et de tous les moyens associés à leur sûreté, comme les frégates, sous-marins nucléaires d’attaque (SNA) et chasseurs de mines. Mais aussi le groupe aéronaval et sa pierre angulaire, le porte-avions Charles de Gaulle, qui contribue lui-aussi avec ses Rafale à la dissuasion française. Des mesures particulières et renforcées sont donc mises en place pour les unités nécessitant des opérations de maintenance, ou dont l’arrêt technique doit être impérativement mené à bien, en lien avec les autres intervenants impliqués.  

Dans ce contexte, même si personne n’accepte de s’exprimer sur le sujet tant du côté industriel que militaire, on imagine aisément que les essais du Suffren, premier des six nouveaux SNA du programme Barracuda, ont été décalés.

 

Naval Group (ex-DCNS) Coronavirus (Covid-19)