Défense
Naval Group signe le contrat cadre des sous-marins australiens

Actualité

Naval Group signe le contrat cadre des sous-marins australiens

Défense

Annoncé en avril 2016, le « contrat du siècle », comme on l’appelle dans le milieu naval, a été définitivement mis sur les rails cette nuit. Naval Group et le Commonwealth d’Australie ont en effet signé ce lundi 11 février, à Canberra, le contrat stratégique de partenariat qui va les lier pendant toute la durée du programme. L’évènement s’est déroulé en présence du premier ministre australien, de son ministre de la défense et de son homologue française, Florence Parly.

« Ce SPA (Strategic Partnering Agreement, ndlr) vient clore 18 mois de négociations et marque le début d’un engagement de coopérer pour les cinquante prochaines années. C’est une grande première à plusieurs titres. C’est notamment le plus gros contrat, en budget, alloué jusqu’ici par le gouvernement australien et c’est aussi le plus important notifié en Europe en matière de défense », explique Jean-Michel Billig, directeur du programme des sous-marins australiens et membre du Comité exécutif de Naval Group.

 

Lors de la cérémonie qui s'est déroulée cette nuit à Canberra (© NAVAL GROUP)

Lors de la cérémonie qui s'est déroulée cette nuit à Canberra (© NAVAL GROUP)

Lors de la cérémonie qui s'est déroulée cette nuit à Canberra (© NAVAL GROUP)

Lors de la cérémonie qui s'est déroulée cette nuit à Canberra (© NAVAL GROUP)

 

12 sous-marins conçus sur la base des Barracuda français

L’Australie souhaite se doter d’une nouvelle flotte de 12 sous-marins océaniques, qui constitueront la classe Attack et seront appelés à surclasser tous leurs homologues régionaux. Ils remplaceront les six actuels sous-marins australiens du type Collins (78 mètres pour un déplacement en surface de 3000 tonnes) mise en service entre 1996 et 2003. Plus gros et dotés de capacités nettement plus importantes, les Attack seront des bâtiments d’environ 100 mètres et 4500 tonnes en surface. Ils seront conçus sur la base des six nouveaux SNA français du type Barracuda, construits par Naval Group à Cherbourg et dont la tête de série, le Suffren, sera mise à l’eau cette année. La propulsion des futurs sous-marins australiens ne sera cependant pas nucléaire, comme celle de leurs cousins tricolores, mais conventionnelle. Le design est, de plus, adapté aux besoins de la Royal Australian Navy (RAN), qui a par exemple choisi pour les équiper un système de combat Lockheed-Martin. Le fait qu’un sous-marin de conception française soit équipé d’un CMS américain est là encore une première.

 

 

Un programme à plus de 30 milliards d’euros

Pour la conception et la construction des Attack, mais aussi celle de du chantier qui va les réaliser en Australie, l’achat du système de combat et le contrat de maintenance des bateaux une fois ceux-ci livrés, il est prévu un budget global de 50 milliards de dollars, soit plus de 30 milliards d’euros, dont une grande partie pour Naval Group.  

Alors que ce dernier était en compétition finale face à son grand concurrent allemand TKMS, après le choix par l’Australie de l’offre française, il y a près de trois ans, il a d’abord fallu confirmer la faisabilité du projet.  « Ces travaux, qui sont

Naval Group | Actualité industrie navale de défense