Défense
Naval Group: UNSA et CFE-CGC ne veulent pas d’un cadre de Thales comme PDG

Actualité

Naval Group: UNSA et CFE-CGC ne veulent pas d’un cadre de Thales comme PDG

Défense

Alors que le mandat d’Hervé Guillou arrive à échéance le 20 mars, son successeur à la tête de Naval Group devrait être bientôt connu. Ces dernières semaines, le nom d’un haut cadre de Thales est régulièrement annoncé, en l'occurence Pierre-Eric Pommellet, qui occupe actuellement le poste de directeur général de Thales en charge des opérations et de la performance. Un scénario contre lequel l’UNSA et la CFE-CGC de Naval Group sont vent debout. « Les personnels ou l’entreprise ne comprendraient pas que la succession du PDG actuel soit l’occasion pour Thales de positionner un outil industriel de souveraineté comme Naval Group en situation de dépendance vis-à-vis d’un équipementier », affirme dans un communiqué les deux syndicats, qui dénoncent au passage le comportement de Thales en tant qu’actionnaire (le groupe d’électronique possède 35% de Naval Group, l’Etat en détenant 62.25%). Selon l’UNSA et la CFE-CGC, Thales « freine la stratégie de développement et de coopération de l’entreprise dès lors qu’elle ne sert pas la sienne et pire encore se place régulièrement en concurrence avec Naval Group sur les offres export, comme encore récemment sur la consultation pour les Pays-Bas ».

Naval Group | Actualité industrie navale de défense Thales | Actualité maritime du géant de l'électronique