Défense
Navantia ferme la coque du premier S-80

Actualité

Navantia ferme la coque du premier S-80

Défense

Treize ans après le début de sa construction, le premier des quatre nouveaux sous-marins espagnols du type S-80 a vu sa coque épaisse fermée en décembre au chantier Navantia de Carthagène. La jonction des différentes sections étant désormais achevée, l’armement du bâtiment, qui sera nommé Isaac Peral, va se poursuivre en vue de sa mise à l’eau, prévue au mois d'octobre prochain. Après la mise en route des systèmes et une phase de tests à quai, il devrait débuter ses essais en mer à partir de 2021 en vue d’une mise en service en 2022. Ses deux premiers sisterships, les Narciso Monturiol et Cosme Garcia, sont en cours de construction pour être opérationnels en 2024 et 2026. Le quatrième et dernier, qui sera baptisé Mateo Garcia de los Reyes, doit suivre en 2027.

Les S-80 ont été commandés en 2004 pour remplacer les quatre vieilles unités du type Agosta de l’Armada, mises en service entre 1983 et 1986 et dont il ne reste que trois exemplaires en flotte (Galerna, Mistral et Tramontana). Initialement, L’Isaac Peral, dont la construction a débuté en décembre 2007, devait être livré en 2015. Mais, au printemps 2013, Navantia reconnaissait être confronté à un surpoids inattendu, le bâtiment étant parti pour peser 75 à 100 tonnes de plus que ce que les ingénieurs espagnols avaient prévu. Il a donc fallu reprendre tous les calculs (Navantia ayant apparemment bénéficié de l’aide des américains, qui fourniront le système de combat) et modifier sensiblement le bâtiment en cours de construction. Ce qui a entrainé un allongement de quasiment 10 mètres. Ainsi, l’Isaac Peral mesurera au final 80.8 mètres de long (au lieu des 71 prévus) pour un diamètre de 7.3 mètres et un déplacement en plongée de près de 3000 tonnes (2965), contre 2430 prévus au départ. En plus du retard accumulé, le coût du programme a explosé. La facture finale était en 2018 estimée à quasiment 4 milliards d’euros, soit plus du double du budget initial (1.8 milliard).

 

(© : NAVANTIA)

(© : NAVANTIA)

 

Les S-80 auront un équipage de 32 marins et pourront accueillir 8 commandos. Ils doivent être dotés d’un système de propulsion anaérobie pour accroître leur autonomie en plongée. C’est un système de la société américaine UTC Power qui a été retenu, avec des piles à combustible à base d'oxygène et d'éthanol. 

Equipés de six tubes de 533mm, les S-80 pourront mettre en œuvre des torpilles lourdes, des missiles antinavire et éventuellement des missiles de croisière. Le système de combat (SUBICS) et les sonars seront fournis par Lockheed Martin. 

 

Navantia Marine espagnole