Défense
Navantia sur les rangs pour moderniser les frégates péruviennes

Actualité

Navantia sur les rangs pour moderniser les frégates péruviennes

Défense

Le président du groupe espagnol a annoncé qu'une négociation était actuellement en cours avec le Pérou en vue de moderniser les quatre frégates du type Lupo achetée en 2004 et 2006 à la marine italienne. Mises en service entre 1977 et 1980, les Aguirre (ex-Orsa), Palacios (ex-Lupo), Ferré (ex-Perseo) et Almirante Grau (ex-Sagittario) mesurent 113.2 mètres de long pour un déplacement en charge de 2525 tonnes. Elles ont été livrées sans missiles alors qu'une partie des équipements électroniques (dont le radar SPS-702) avait été débarquée avant transfert. Remplaçant l'ex-croiseur néerlandais De Ruyter et un ancien destroyer britannique du type Daring, tous deux mis en service en 1953, les quatre Lupo italiennes se sont ajoutées à quatre autres unités dérivées, ce qui permet à la marine péruvienne d'aligner une flotte homogène. Construites pour moitié à Riva Trigoso et au Pérou, ces bâtiments ont été livrés entre 1979 et 1987.
En ce qui concerne Navantia, en dehors de la perspective de modernisation des ex-Lupo italiennes, le PDG du groupe, Juan Pedro Gómez Jaén, a confirmé que son entreprise était toujours en lice pour vendre des sous-marins du type S80 à la Turquie. Pour ce contrat, l'Espagnol est en compétition avec avec l'Allemand TKMS et son U214, ainsi que le Scorpène, porté par DCNS mais dans lequel Navantia coopère.
Le Français exige, d'ailleurs, une clarification de la position espagnole dans le Scorpène, qui a servi à Navantia pour développer le S80, aujourd'hui présenté contre le produit franco-espagnol.
Par ailleurs, après avoir vendu en Australie son bâtiment de projection Navantia lorgne sur l'Afrique du sud. Une fois de plus, Navantia propose le BPE contre le bâtiment de projection et de commandement de DCNS, dont une version agrandie avait échoué en Australie. L'Afrique du sud serait intéressée pour acquérir deux unités de ce type.
Issu de l'ancien consortium public IZAR (ex-Bazan), Navantia a réalisé en 2007 ses premiers bénéfices. Le groupe, détenu par la Société Étatique de Participations Indutrielles (qui possède aussi des chantiers civils), a affiché un chiffre d'affaires de 1.354 milliard d'euros. Son résultat net s'élevait à 1.6 million d'euros alors que son carnet de commandes atteignait 6.178 milliards d'euros.

Navantia