Construction Navale

Reportage

Navexpo monte en puissance

Construction Navale
Marine Marchande
Energies Marines
Pêche

Plus de bateaux, d’exposants et de visiteurs… Pour sa troisième édition, le salon professionnel Navexpo International de Lorient, qui a débuté mardi et s’achève aujourd’hui, confirme sa montée en puissance. « Nous avons 90 exposants français et étranger, ce qui supérieur à l’an dernier. Mais surtout, une quinzaine de bateaux étaient présents dans des secteurs très différents, allant du balisage à la pêche, en passant par le sauvetage en mer et les bateaux de service, comme ceux dédiés aux travaux maritimes. Les professionnels ont compris l’intérêt d’exposer le matériel et les armateurs viennent présenter leurs navires et prestations. On voit que le salon monte en puissance tant au niveau des exposants que des visiteurs, puisque 3300 personnes sont venues l’an dernier et nous devrions finir pour cette édition 2018 sur un chiffre nettement plus important », se félicite Gildas Bernard, organisateur de Navexpo, qui compte bien surfer sur cette belle édition pour enrichir encore celle de 2019. Preuve de l’ancrage de cet évènement, qui constitue le seul salon maritime à flot en France et l’un des rares en Europe, une convention pluriannuelle a d’ailleurs été signée avec Lorient Agglomération pour la tenue du salon au port de Lorient La Base chaque année, au mois de mai. Une belle reconnaissance pour l’organisation, qui a travaillé dur pour monter ce salon et en faire un évènement reconnu. C’était un vrai pari car même si la Bretagne est une région où les activités maritimes sont très importantes, créer un salon naval à flot n’avait rien d’évident. Surtout avec la volonté de l’ouvrir non seulement à l’ensemble du marché français mais aussi à l’international. « Il fallait de la détermination et un peu de temps, c’est normal, pour que la mayonnaise prenne. Il y a pu avoir des doutes mais là on sent qu’il se passe quelque chose », confiait un exposant au second jour du salon.

 

Les salon et les bateaux exposés au port de Lorient La Base

Les salon et les bateaux exposés au port de Lorient La Base (© NAVEXPO INTERNATIONAL)

 

Dans les allées et sur les pontons

Dans les allées de Navexpo et sur les quais, de nombreux visiteurs se montraient ainsi satisfaits de leur venue. « On a pris de très bons contacts », disait un motoriste, alors que le patron d’un chantier ne cachait pas sa satisfaction après avoir conclu la vente d’un nouveau bateau de pêche. ODC Marine a de son côté profité de Navexpo pour signer la commande de deux moteurs Baudouin et deux inverseurs qui équiperont une vedette à Passagers 25 mètres et 166 places destinée à l’armement guadeloupéen Comadile. Sur les pontons, les visiteurs ont également défilé pour découvrir les bateaux exposés. La société lorientaise Ship as a Service, qui avait trois bateaux sur place et faisait quotidiennement des démonstrations de mise en œuvre de scaphandriers, semblait elle aussi avoir noué des liens très prometteurs, alors que le baliseur Gavrinis, livré en novembre dernier par le chantier vendéen Delavergne et officiellement baptisé au salon, a été pris d’assaut avec selon l’équipage quelques 500 personnes reçues à bord.

 

Le baliseur Gavrinis (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Le baliseur Gavrinis (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

 

Démonstration de la barge incendie du SDIS 56 pendant le salon (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Démonstration de la barge incendie du SDIS 56 pendant le salon (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

(© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

(© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Bateaux exposés de Ship as a Service et du groupe LHD (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Bateaux exposés de Ship as a Service et du groupe LHD (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Signature du contrat entre ODC Marine et Baudouin

Signature du contrat entre ODC Marine et Baudouin (© NAVEXPO INTERNATIONAL)

 

Des présentations, il y en a également eu à bord du JIf Maoré, nouveau navire multifonctions démontable de VDC Offshore (groupe Jifmar) basé à Lorient et dédié aux travaux en mer. Idem pour le crew boat JLD Maëly d’Atlantique Marine Services (LHD), sorti l’an dernier du chantier cherbourgeois Allais, qui a réalisé plusieurs sorties en mer avec des clients potentiels. On a également pu découvrir d’autres unités, comme la SNS 277 Président Charles Pilorget, vedette de sauvetage flambante neuve livrée la semaine dernière par Alumarine à la station SNSM de Port-Blanc. Côté pêche, l’armement Scapak n’a finalement pas pu présenter le chalutier Naoned, mobilisé sur une marée, mais deux autres bateaux ont pu faire le déplacement, un fileyeur lorientais de 12 mètres et un ligneur de 10 mètres de l’île de Sein, tous deux réalisés sur des plans du cabinet Marchand.

 

(© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

(© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

 

Le crew boat 

Le crew boat  JLD Maëly partant pour une démonstration en mer (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Le bateau "indestructible" de Tideman Boats sur les pontons (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Le bateau "indestructible" de Tideman Boats sur les pontons (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

Les exposants étrangers satisfaits

Non loin de là, le chantier naval néerlandais Tideman Boats, qui présentait une embarcation de travail de 7 mètres réputée « indestructible », coups de marteau sur la coque à l’appui, semblait en passe de trouver ses premiers débouchés en France. Neuf entreprises étrangères, en plus des filiales tricolores groupes internationaux, étaient présentes à Navexpo, de même que différents visiteurs venus notamment d’Europe et du Maghreb. Parmi eux, la Dredge Pump Solutions, implantée aux Pays-Bas et qui avait un stand à Lorient. Eux-aussi se félicitent des rencontres qu’ils ont eues sur le salon et comptent revenir l’année prochaine. Idem chez Renolit, dont l’antifouling silicone haute performance sans biocides a suscité beaucoup d’intérêt.

Moins de monde qu’ailleurs mais des contacts qualitatifs

Ces exposants étrangers, comme certains français, ont d’abord été étonnés par le fait qu’à Navexpo, les allées du salon et les quais ne sont pas encombrés par une foule compacte. « Ca les surprend puisqu’ils sont habitués à exposer dans de grands salons où il y a beaucoup de monde. Mais au bout de 48 heures, ils se rendent comptent de l’intérêt que cela présente. Les responsables de DPS me disaient notamment qu’ils avaient eu des contacts très qualitatifs et pertinents et qu’ils préféraient finalement un petit salon comme celui-ci à un grand évènement où il y a certes foule, mais avec beaucoup de monde qui passe devant les stands sans s’arrêter. C’est sans doute pourquoi ils souhaitent revenir », assure Gildas Bernard. Un avis partagé par plusieurs exposants et visiteurs rencontrés sur le salon. « L’avantage de ne pas avoir trop de monde est que l’on peut prendre le temps de discuter, ce qui n’est pas toujours facile dans d’autres salons où de nombreux interlocuteurs sont pris d’assaut et parfois inaccessibles ».

 

(© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

(© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

Parmi le visitorat, il y avait de nombreux donneurs d’ordres, entreprises du secteur maritime ou administrations, comme les Affaires maritimes, la Douane, la Marine nationale ou encore la Gendarmerie maritime. En plus des chantiers exposants, comme Alumarine, Bernard, Delavergne, ODC Marine ou Ufast, des responsables d’autres constructeurs avaient également fait le déplacement.  On a ainsi vu dans les allées des équipes de Piriou, d’Ocea ou encore de Sibiril aller à la rencontre des architectes, comme Pierre Delion et Mer Forte, ou des équipementiers, à l’image des motoristes John Deere, Scania, NPS Diesel, Nanni, Volvo Penta, mais aussi de nombreuses autres spécialités, y compris les moyens de levage avec Joseph Paris ou la fonderie Lemer. Même Naval Group était venu en force avec le patron du site de Lorient mais aussi une vingtaine d’ingénieurs et d’acheteurs qui ont pu rencontrer différentes sociétés et découvrir certaines solutions techniques proposées par le secteur civil.

Naval Group devient partenaire

Une belle marque d’intérêt que Naval Group, convaincu par la pertinence du salon, a décidé de concrétiser en devenant partenaire de Navexpo. « La simple présence des acheteurs et services techniques de grands industriels comme Naval Group est extrêmement intéressante pour les exposants ». On aura aussi noté le passage d’une bonne délégation de pêcheurs venus dans le cadre de projets de nouveaux bateaux. « Le visitorat peut se répartir en deux catégories. D’un côté les opérationnels, les armateurs et leurs clients, les chantiers et équipementiers, travaillant dans les domaines des travaux maritimes, de la pêche, du portuaire, de la plongée sous-marine, de l’offshore, des énergies marines, du transport de passagers… Et de l’autre les entités publiques, que ce soient des administrations centrales ou des collectivités locales qui cherchent des bateaux ou des équipements portuaires ».

 

Gildas Bernard, organisateur de Navexpo (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Gildas Bernard, organisateur de Navexpo (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

Des conférences et présentations

Salon d’affaire, Navexpo a également proposé cinq conférences et présentations cette année. Loiretech, Meca et Naval Group ont ainsi dévoilé Fabheli, projet de conception et de fabrication d’une hélice dotées de pales en composite. L’Armement des Phares et Balises a quant à lui dévoilé son projet d’acquisition de cinq nouveaux navires d’ici 2022, alors qu’Eolfi, en plus des rencontres organisées sur son stand, a fait le point sur le projet de parc pilote d’éoliennes flottantes entre Groix et Belle-Ile, ainsi que ses ambitions pour les futurs champs commerciaux. Sur les EMR justement, l’Institut des Hautes Etudes de la Défense Nationale (IHEDN) est revenu, avec WPD Offshore, sur le développement des énergies marines renouvelables comme enjeu d'une transition énergétique et de création d'une filière industrielle. Quant au Comité des pêches du Morbihan, il a, pour sa part, détaillé les besoins du secteur en matière de recrutement.

 

Présentation du projet Fabheli (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Présentation du projet Fabheli (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

Du business dans une atmosphère très conviviale

Au final, Navexpo 2018 fut donc une édition dense et réussie, avec aussi ce côté convivial, symbolisé par la soirée officielle qui s’est tenue hier soir dans le nouvel espace modulaire conférences/restaurant, avec vue sur les bateaux exposés. Mais aussi par le biais de la rencontre organisée mercredi midi sur le stand de Bretagne Pôle Naval, où l’on avait sorti les crêpières et le cidre devant les yeux médusés de certains visiteurs ou exposants peu habitués à ce genre d’accueil. « C’est la première fois que je vois ça dans un salon ! C’est une super idée car cela permet d’échanger en goûtant des produits locaux. Cela créée une atmosphère très sympathique et détendue, dans laquelle on aborde le business d’une autre manière », glissait un participant en dégustant sa crêpe au blé noir.

 

Bruno Pivain et Anne-Marie Cuesta au lancement de la "Crêpes partie" du stand BPN (© MER ET MARINE)

Bruno Pivain et Anne-Marie Cuesta au lancement de la "Crêpes partie" du stand BPN (© MER ET MARINE)

 

C’est peut-être aussi ça qui fait le charme de Navexpo. Un salon qui se veut non seulement qualitatif quant aux visiteurs, stands et matériels présentés, mais aussi très bien organisé et installé dans un cadre atypique et très attractif, celui de l’ancienne base sous-marine de Lorient devenue un pôle mondial de la course au large. Et puis ce salon se caractérise par cette ambiance simple et bon enfant, qui permet à la communauté maritime de se retrouver une fois par an pour échanger et faire du business dans une atmosphère conviviale, sans stress ni chichi, loin de certains grands barnums, très institutionnels et un brin pincés.

 

(© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

(© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Port de Lorient