Construction Navale
Navire du futur : Mise en place du CORICAN

Actualité

Navire du futur : Mise en place du CORICAN

Construction Navale

Engagement du Grenelle de la Mer, la mise en place d'un Conseil d'Orientation de la Recherche et de l'Innovation pour la Construction et les Activités Navales (CORICAN), annoncée à l'issue du Comité interministériel de la Mer du 8 décembre dernier, est intervenue hier, à Paris. Afin de maintenir la compétitivité et l'avance technologique de la filière navale en France, le gouvernement a fait de la recherche et de l'innovation une priorité de sa politique maritime. A cet effet, 100 millions d'euros vont être investis, dans le cadre des investissements d'avenir, sur le programme « Navire du Futur ». Les premiers objectifs sont la réduction de 50% de la consommation en énergies fossiles et des impacts environnementaux, l'amélioration de la productivité, le développement de la sécurité et l'amélioration des conditions de travail à bord des navires. « Le CORICAN contribuera notamment, en termes de R&D et d'innovation, à la définition du Navire du futur, en identifiant les obstacles technologiques, réglementaires, sociétaux et économiques à son émergence et les moyens à mettre en oeuvre pour les lever. Il proposera les axes possibles d'évolution de la filière, y compris à travers de nouvelles formations ou des moyens d'essais innovants », explique le ministère de l'Ecologie, du Développement durable, des Transports et du Logement.
Le CORICAN devra sélectionner d'ici la fin de l'année les projets éligibles, dans chacun des secteurs concernés (plaisance, marine marchande, pêche...) et proposer une stratégie globale et cohérente pour la filière navale. « Le Navire du Futur, c'est un navire plus sûr, plus propre et plus économe en énergie. L'objectif est d'accroître la compétitivité de la filière à l'international, tout en réduisant son impact environnemental », estime Nathalie Kosciusko-Moriset, ministre de l'Ecologie, du Développement durable, des Transports et du Logement. Son collègue de l'Industrie, Eric Besson, explique quant à lui que le gouvernement attend du CORICAN « qu'il soit force de proposition et d'orientation en matière de recherche et développement ».

Eoseas, un paquebot vert étudié par STX (© : STX FRANCE / SDI)
Eoseas, un paquebot vert étudié par STX (© : STX FRANCE / SDI)

60 membres et 5 groupes de travail

Les deux ministres ont la coresponsabilité du nouveau conseil, dont la présidence a été confiée à Jean-Marie Poimboeuf, président du Groupement des Industries de Construction et d'Activités Navales (GICAN). Cette structure est notamment calquée sur celle du Conseil d'Orientation et de Recherche de l'Aviation Civile (CORIAC), qui existe depuis de nombreuses années. Dans le cadre de la « gouvernance à cinq » initiée au moment du Grenelle, le CORICAN rassemble des représentants de l'Etat, des régions, des industriels, des syndicats et d'ONG. En tout, il compte 60 membres. Dans le cadre de ses travaux, la nouvelle structure va coordonner les investissements en matière de recherche navale et structurer les efforts de R &D consentis dans ce domaine. On notera qu'en dehors de la construction navale pure, le conseil s'intéressera aussi aux énergies marines renouvelables et aux techniques de production.
Hier, un comité de pilotage a été mis en place, ainsi que 5 groupes de travail. Ceux-ci plancheront sur le choix des technologies futures, l'organisation des compétences, la mobilisation des acteurs et le financement des moyens d'essais, l'interaction entre l'innovation et la règlementation, ainsi que le « benchmarking » et, à terme, l'évaluation des orientations prises. On notera que le CORICAN, instance technique, rendra compte au Conseil Stratégique de Filière. Le CSF, en charge des aspects généraux, a tenu sa première réunion le 4 avril et est placé sous la responsabilité du ministère de l'Industrie. La filière navale est, en effet, l'une des 12 filières industrielles reconnues comme stratégiques à l'issue des Etat Généraux de l'industrie.