Construction Navale
Navires d’expédition : Une vingtaine d’unités désormais en commande

Actualité

Navires d’expédition : Une vingtaine d’unités désormais en commande

Construction Navale
Croisières et Voyages

S’il s’agit d’un marché de niche, la construction des navires de croisière d’expédition se porte actuellement très bien. Une vingtaine d’unités sont désormais en commande, un nouveau projet venant d’être décroché par Vard. La filiale de Fincantieri a annoncé hier la signature d’une lettre d’intention avec un armateur dont le nom n’a pas encore été révélé. L’accord porte sur une unité de 145 mètres de long pour 20 mètres de large, avec une capacité de 220 passagers.

D’un coût de 110 millions d’euros, ce navire, prévu pour être livré en 2019, doit voir sa coque réalisée par le chantier Vard du Tulcea, en Roumanie, puis être achevée par l’un des sites norvégiens du groupe. Le constructeur précise que cette lettre d’intention doit être transformée en commande ferme au cours du premier trimestre de cette année.

 

Futur navire de Ponant (© : SDI)

Futur navire de Ponant (© : SDI) 

Déjà six unités pour Ponant et Hapag-Lloyd

Pour mémoire, Vard a remporté son premier succès sur ce marché avec Ponant. Dans le cadre du projet Explorer, quatre navires de 131 mètres et 180 passagers doivent être livrés en 2018 et 2019 à la compagnie française.

Vard va également réaliser les deux nouvelles unités de la compagnie allemande Hapag-Lloyd Cruises. Longs de 138 mètres et pouvant accueillir 230 passagers, ces navires seront achevés en 2019.

Grâce à cette diversification, soutenue par Fincantieri, les chantiers roumains et norvégiens du groupe peuvent maintenir de la charge de travail et compenser, en partie, la chute des commandes à l’offshore. D'autant que les sites en Roumanie produisent également des blocs de paquebots au profit des chantiers italiens, qui manquent de capacités actuellement compte tenu du nombre très élevé de commandes. 

 

Futur navire d'Hapag-Lloyd (© : HAPAG-LLOYD CRUISES)

Futur navire d'Hapag-Lloyd (© : HAPAG-LLOYD CRUISES) 

De nombreux chantiers se positionnent

D’autres constructeurs se positionnent également sur ce marché, entendant profiter de l’engouement pour les voyages d’exploration mais aussi entreprendre une diversification permettant de pallier des segments d'activité aujourd'hui en berne. C’est le cas par exemple du Néerlandais Damen ou encore du Norvégien Ulstein, qui ont développé des design spécifiques, espérant décrocher bientôt de premières commandes. D’autres les ont déjà remportées. Le Norvégien Kleven va, ainsi, réaliser quatre unités de 140 mètres et 530 passagers pour la compagnie norvégienne Hurtigruten, les mises en service des deux premières étant attendues en 2018 et 2019.

Le constructeur croate Uljanik de Pula va, pour sa part, fabriquer un navire de grand luxe de 168 mètres et 228 passagers pour l’armateur américain Scenic Cruises, qui doit le réceptionner en 2018 (le contrat comporte une option pour un sistership).

Destinés à la compagnie américaine Crystal Cruises, trois bateaux de 160 mètres et 200 passagers sortiront quant à eux entre 2019 et 2021 des chantiers allemands MV Werften, filiale comme leur armateur du groupe asiatique Genting Hong Kong.

 

 

A côté de ces « grands navires », un certain nombre d’unités plus petites vont également voir le jour. C’est le cas de l’Hondius (107 mètres, 180 passagers), livrable en 2019 par le chantier croate Brodosplit à la compagnie néerlandaise Oceanwide Expeditions ; ou encore des deux nouvelles unités de 100 passagers de Lindblad Expeditions qui sortiront en 2017 et 2018 des chantiers Nichols Brothers Boat Builders aux Etats-Unis. Partenaire de National Geographic, l'opérateur américain a ensuite annoncé son intention de se doter d'un navire océanique à partir de 2019. 

Une flotte à renouveler, un marché en plein essor

L’ensemble de cette flotte est en particulier conçue pour évoluer dans les zones polaires, Arctique comme Antarctique, où le durcissement de la règlementation comme le vieillissement des navires qui y sont exploités impose un renouvellement. Mais il ne s’agit pas simplement de remplacer les anciens navires. Il y a un véritable engouement pour les croisières d’expédition polaires. Il en découle une demande croissante se traduisant par le développement des opérateurs historiques (comme Ponant, Hapag-Lloyd et Hurtigruten) mais aussi l’arrivée de nouveaux acteurs sur ce segment de marché, à l’image de Scenic et Crystal. En dehors des unités d’exploration, on notera par ailleurs que de plus en plus de paquebots s’aventurent également vers les régions glacées, profitant par exemple de l’ouverture de nouvelles voies de navigation liées à la fonte des glaces. Le Crystal Serenity (250 mètres, 1000 passagers) a par exemple été le premier navire de croisière de cette taille à franchir l’été dernier le passage du nord-ouest. Crystal Cruises compte d'ailleurs construire au début de la prochaine décennie de nouveaux paquebots de 100.000 GT et un millier de passagers conçus pour évoluer en zones polaires. 

 

Le paquebot Crystal Serenity (© : CRYSTAL CRUISES)

Le paquebot Crystal Serenity (© : CRYSTAL CRUISES) 

 

Croisière - Informations générales