Construction Navale
Navtis reprend Timolor à Lorient et Saint-Nazaire

Actualité

Navtis reprend Timolor à Lorient et Saint-Nazaire

Construction Navale

Favorite parmi les trois repreneurs français en lice, la société brestoise Navtis vient de racheter les sociétés Leroux et Lotz Timolor implantées à Lorient et Saint-Nazaire, en réintégrant 76 des 105 salariés spécialisés dans la navale pure.

L'entreprise au service des majors de l'industrie et de la navale affiche ses ambitions et passe à la phase acquisition. Le patron de Navtis, Bruno Pivain, a porté son dévolu sur une société qu'il connaît parfaitement pour l'avoir dirigé, jusqu'à il y a quatre ans. A son arrivée chez Leroux et Lotz Timolor, la société était en plan de continuation. Bruno Pivain avait piloté ce plan jusqu'à la sortie et la reprise par le groupe Altawest. En difficulté ces dernières années, Timolor a fait l'objet d'une procédure accélérée qui a vu son dénouement hier au tribunal de commerce de Lorient. Les 21 salariés de Saint-Nazaire sont repris par Navtis alors qu'à Lorient, 40 % des effectifs restent sur le carreau (55 salariés repris sur 84).

Energies renouvelables et nucléaire aussi

Fidèle à son fonctionnement, Navtis va développer sur ces deux nouveaux sites la carte de la polyvalence en proposant d'intervenir dans le monde maritime, en direct ou comme sous-traitant pour DCNS ou Piriou, mais pas seulement. 30 à 35 % de ses activités se déploient maintenant dans l'industrie au sens large (réseau de chaleur, agroalimentaire, maintenance technique...). Les deux sites de Leroux et Lotz Timolor s'appelleront désormais Navtis Bretagne Sud et Navtis Pays de Loire, cette dernière implantation permettant au groupe de se rapprocher de ses autres chantiers nationaux. « Nous décrochons des chantiers dans la France entière, comme à Cherbourg où nous avons une équipe constituée. Notre ambition est de développer notamment notre potentiel dans les énergies marines renouvelables et le nucléaire ».

La carte de la multi-spécialités

La formule de la multi-spécialités et du chantier réalisé dans sa globalité sera étendue aux deux sites repris par Navtis. « À Saint-Nazaire, nous rentrerons dans une phase de développement rapidement. La situation sur Lorient est plus délicate puisqu'il faudra y mener un changement en profondeur », complète Bruno Pivain.

Un article de la rédaction du Télégramme

 

Port de Lorient