Entreprise
Neopolia lance sa société pour porter des contrats

Actualité

Neopolia lance sa société pour porter des contrats

Article gratuit
Entreprise

C’est un nouveau pas en avant pour l’association d’entreprises ligériennes Neopolia. Ce réseau, dont l’objectif est de fédérer les forces locales et accroître les perspectives commerciales des entreprises adhérentes, a officiellement lancé une société le mercredi 6 juin. Neopolia Solutions SAS, c'est son nom, était devenue une évidence pour la majorité des adhérents. En effet, certains grands groupes industriels avaient fait part de leur volonté de n’avoir qu’un seul interlocuteur qui puisse disposer d’une base juridique solide, en particulier pour des questions de garanties. Il faut dire qu’aujourd’hui ce sont 245 entreprises, représentant 32.000 emplois, qui composent Neopolia.

La nouvelle entité pourra ainsi faire office de source de financement ou de garantie. D’un point de vue capitalistique, les adhérents ont souhaité avoir la main sur la nouvelle structure. De fait, 51% des 345.000 euros de capital sont détenus par l’association Neopolia originelle. Le reste est réparti entre des banques (CIC, Crédit Agricole, Crédit Mutuel Arkea) et un industriel de la construction navale, STX France. Il est vrai qu’aujourd’hui Neopolia penche à l’Ouest avec une grande concentration dans le bassin nazairien et 66% du chiffre d’affaires collaboratif réalisé dans le domaine naval. Neopolia SAS aura deux filiales à 100%, Neopolia Mobility (représentant les clusters Marine, Aerospace et Rail de l'association) et Neopolia Energy  pour les clusters Oil&Gas, EMR et Nuclear. 

 

L'Elbe Princesse II fut une réalisation collaborative marquante de Neopolia (© BERNARD BIGER)

L'Elbe Princesse II fut une réalisation collaborative marquante de Neopolia (© BERNARD BIGER)

 

Dans son fonctionnement, Neopolia SAS pourra servir d’intermédiaire entre un client important et les entreprises sous-traitantes. Des groupements momentanés d’entreprises autonomes seront toutefois toujours possibles. En effet, la nouvelle entité ne s’imposera pas aux membres. Son rôle est d’apporter une offre supplémentaire à destination des adhérents, dans leur stratégie de développement commercial. Les marchés visés sont variés. Il pourrait par exemple s'agir de petites paquebots maritimes, en encore de nucléaire. Jean-Louis Neret, vice-président du cluster Nuclear, explique les possibilités qu’offre la nouvelle société : «  Dans le cas du nucléaire, nous avons des entreprises adhérentes qui veulent se développer, notamment pour le projet Hinkley Point au Royaume-Uni. Pour elles, il est très difficile de se faire voir et d’arriver à un résultat en étant seules. Il y a une volonté d’apporter un relais plus important ». Alain Leroy, président de Neopolia, ajoute : « Aujourd’hui, nous avons de grands groupes qui ne souhaitent plus travailler avec nos clusters, car pour eux il y a une trop grande dilution des responsabilités. De fait, sans le support de la société, nos adhérents se retrouveraient exclus à l’avenir de ces marchés. Or, le business que l’ont peut capter, en mode collaboratif, est énorme. Aujourd’hui, on dépasse rarement quelques millions sur les plus gros marchés. Là, il s’agirait de dizaines de millions ».

L’ambition est donc au rendez-vous chez Neopolia qui ambitionne de se développer fortement sur des secteurs comme le nucléaire, le biogaz ou encore la défense. À ce titre, un nouveau cluster, spécialisé défense, pourrait voir le jour à la fin de l’année.

 

Neopolia