Construction Navale

Actualité

Neopolia met à l’eau le nouveau navire de CroisiEurope

Construction Navale
Croisières et Voyages

Débutée en décembre dernier dans les ateliers nazairiens de Mecasoud, la construction de l’Elbe Princesse II, nouveau navire de la compagnie alsacienne CroisiEurope, connait une nouvelle étape. Les deux grands blocs constituant sa coque (acier) et ses superstructures (aluminium) doivent être mis à l’eau aujourd’hui dans le bassin de Penhoët. Après une opération d’équilibrage et de pré-soudage, l’ensemble sera remorqué vers la forme 3, où le bateau doit être mis au sec samedi. Les deux parties seront définitivement jonctionnées et, après un mois de travaux, l’Elbe Princesse II sera mis à flot et rejoindra le quai d’armement de Penhoët où il sera achevé. Sa livraison est prévue en février.

Réalisé par des entreprises du groupement Neopolia, il sera exploité en Allemagne, où il rejoindra l’Elbe Princesse (95 mètres, 40 cabines), construit à Saint-Nazaire en 2016 et qui réalise des croisières fluviales entre Berlin et Prague. Son gabarit est adapté à la navigation sur l’Elbe et la Moldau, en particulier le passage des écluses, avec une largeur limitée et un système de ballastage permettant de passer sous les ponts et, à l'inverse, de répondre au faible tirant d’eau de certaines parties du fleuve.

Plus grande que son aînée, la nouvelle unité de CroisiEurope mesure 101.7 mètres de long, soit 6 mètres de plus, la largeur étant toujours de 10.5 mètres. Son tirant d’eau est de 90 centimètres (1.3 mètres en situation ballastée), le tirant d’air maximal étant de 7 mètres (4.34 ballasté). Le navire sera équipé d’un salon panoramique de 145 m² donnant sur un pont terrasse à l’arrière, un restaurant de 110 m² et 45 cabines de plus de 14 m² (toutes avec vue extérieure), pour une capacité de 90 passagers. Comme son aîné, l’Elbe Princesse II sera propulsé par deux roues à aube situées à la poupe, sa vitesse de croisière étant de 15 à 16 km/h.

L’Elbe Princesse II est conçu et réalisé par une quinzaine d’entreprises de Neopolia. Le bureau d’études nantais Stirling Design International s’est chargé de la conception et Mecasoud de la coque en acier. Idra Novacco a réalisé les superstructures en aluminium, avec deux éléments mis en place sur les deux sections de coque durant les mois de septembre et octobre. Vont maintenant intervenir Shipelec pour l’électricité, Gestal pour les réseaux, Engie-Axima pour la climatisation/ventilation, MYG Design pour les emménagements et Polyecim Composites pour les blocs sanitaires.

C’est le troisième navire de croisière fluviale réalisé par les membres de Neopolia pour le compte de CroisiEurope, qui a débuté cette nouvelle aventure avec le Loire Princesse (88 mètres, 48 cabines), livré en 2015 et exploité au départ de Nantes sur le fleuve dont il porte le nom. 

 

Port de Nantes Saint-Nazaire