Energies Marines

Actualité

Nicolas Hulot détaille son plan d'action pour les EMR

Energies Marines

Ce n’est pas dans l’intitulé de son ministère mais Nicolas Hulot l’a précisé lors de son discours aux Assises de la mer du Havre hier, « j’ai la responsabilité de la mer partagée avec Stéphane Travert (ministre de l’agriculture et des pêches NDLR), qui lui s’occupe des poissons. Moi je m’occupe de tout l’environnement autour ».

Dans son discours, le premier tenu devant la communauté maritime, le ministre de la Transition écologique et solidaire a détaillé le cadre de son action à venir et notamment en ce qui concerne les énergies marines renouvelables.

Un « permis enveloppe » pour les futurs appels d'offres EMR

« Le développement des énergies marines renouvelables est un atout majeur tant pour la transition énergétique que pour le développement des emplois locaux qui lui sont liés ». Rappelant l’objectif français de 40% d’énergie renouvelable dans le mix global d’ici 2030, il a néanmoins pointé les difficultés dans leur implantation, notamment celles des premiers parcs éoliens offshore qui peinent à voir le jour. « Je ne vois pas comment tenir mon objectif si, entre le moment où l’on fait un appel d’offres et la pose du premier mât il se passe 10 à 15 ans. Et qu’au moment où le mât peut enfin être posé, la technologie est dépassée et qu’il faut donc repartir à zéro ».

Pour remédier aux délais actuels, le ministre propose donc une nouvelle méthodologie avec la mise en place, pour les futurs candidats aux appels d’offres d’un « permis enveloppe ». L’Etat devrait désormais prendre en charge les études d’impact et l’enquête en amont. « Cela devrait permettre d’accélérer les phases suivantes », notamment celle de la concertation. Il également annoncé la prise en charge des raccordement par RTE.

« Un appel d’offres de grande taille par an »

En ce qui concerne le calendrier, Hulot a confirmé le lancement de nouveaux appels d’offres, « après Dunkerque et Oléron pour l’éolien posé, nous continuerons avec les projets d’éolien flottant en Bretagne Nord et Sud, ainsi qu’en Méditerranée ». Il a également rappelé le soutien de l’Etat aux projets hydroliens et d’énergie thermique des mers. « Notre but est de faire entrer les énergies marines renouvelables dans une procédure normalisée. Et de faire un appel d’offres de grande taille par an ».

 

Energies Marines Renouvelables