Défense
Norvège : La frégate Helge Ingstad a fini par couler

Actualité

Norvège : La frégate Helge Ingstad a fini par couler

Défense

Il n’a pas été possible de sauver la frégate norvégienne Helge Ingstad, qui a fini par couler et peut désormais être considérée comme irrécupérable. Il s’agit maintenant pour les autorités norvégiennes de renflouer l’épave, qui sera probablement démantelée plutôt que remise en état, le coût des réparations étant logiquement trop important. Au-delà de l’énorme brèche dans la coque et des effets du naufrage sur la structure, tous les équipements, en particulier la partie énergie/propulsion et les systèmes électroniques, seraient en effet bons à changer après leur séjour dans l’eau de mer.

 

La frégate Helge Ingstad désormais quasiment immergée (© KYSTVERKET

La frégate Helge Ingstad désormais quasiment immergée (© KYSTVERKET)

 

 

La frégate Helge Ingstad le jour de l'accident (© KYSTVERKET

La frégate Helge Ingstad le jour de l'accident (© KYSTVERKET)

 

En attendant le dégagement du bâtiment, les autorités norvégiennes sont toujours mobilisées pour lutter contre la pollution générée par les hydrocarbures se dégageant de la coque éventrée. Il va également falloir extraire l’armement contenu à bord, sachant que l’Helge Ingstad était équipée de missiles surface-air ESSM, de missiles antinavire NSM, de torpilles et de nombreux obus pour sa tourelle de 76mm et son artillerie secondaire.

Le bâtiment est pour mémoire entré en collision avec le pétrolier Sola ST peu avant 4 heures du matin le 8 novembre. L’accident s’est produit à proximité du port Sture, près de Bergen, où se rendait la frégate et que le tanker venait de quitter après avoir fait le plein de brut. Très bas sur l’eau et particulièrement proéminant, l’écubier tribord du Sola ST a déchiré la coque de la frégate sur environ la moitié de sa longueur, provoquant des voies d’eau incontrôlables par l’équipage. Ce dernier, composé de 127 marins, dont 8 ont été blessés, a pu être évacué. Les garde-côtes norvégiens ont quant à eux amené la frégate près de la côte, afin d’éviter qu’elle chavire complètement. Dans un premier temps, elle s’est couchée sur le flanc tribord, la partie arrière étant immergée. Malgré la mise en place de dispositifs pour la retenir dans cette position, la frégate a fini par sombrer presque entièrement, par l'avant cette fois, à partir de lundi soir. Désormais, seule la partie supérieure du mât radar, ainsi qu'un coin du hangar hélicoptère et l'extrémité de la plateforme émergent. Une situation qui pourrait encore se dégrader puisque l'épave repose sur un fond en pente. 

La perte de l’Helge Ingstad est un coup très dur pour la marine norvégienne, qui voit ainsi ses forces de surface privées de 20% de leurs capacités hauturières de combat. Il s’agit en plus d’un bâtiment récent, la frégate ayant été mise en service il y a seulement 9 ans.

 

L'Otto Sverdrup (© JEAN6CLAUDE BELLONNE

L'Otto Sverdrup (© JEAN6CLAUDE BELLONNE)

 

Quatrième d'une classe de cinq frégates également constituée des Fridtjof Nansen (2006), Roald Amundsen (2007), Otto Sverdrup (2008) et Thor Heyerdahl (2011), l’Helge Ingstad, construite comme les autres unités de ce type par le chantier Navantia de Ferrol, en Espagne, est entrée en service en 2009. Longs de 133 mètres et affichant un déplacement de 5290 tonnes en charge, ces bâtiments peuvent atteindre la vitesse de 26 nœuds. Ils sont dotés de 32 missiles surface-air ESSM, 8 missiles antinavire NSM, une tourelle de 76mm, de l’artillerie légère et quatre tubes pour torpilles Sting Ray. L’équipement électronique comprend notamment un radar à quatre faces planes SPY-1F américain, un sonar de coque et un sonar remorqué (Captas 2). Des capacités de lutte anti-sous-marines renforcées par l’hélicoptère NH90 qu’elles embarquent.

Le programme des cinq frégates a coûté 21 milliards de couronnes à la Norvège, soit à l'époque un peu plus de 2.5 milliards de dollars. 

 

L'Otto Sverdrup (© JEAN6CLAUDE BELLONNE

L'Otto Sverdrup (© JEAN6CLAUDE BELLONNE)

L'Otto Sverdrup (© JEAN6CLAUDE BELLONNE

L'Otto Sverdrup (© JEAN6CLAUDE BELLONNE)