Croisières et Voyages
Norvège : Une affaire de corruption autour du Viking Star

Actualité

Norvège : Une affaire de corruption autour du Viking Star

Croisières et Voyages

Le scandale est de taille en Norvège. La maire de Bergen, Trude Drevland, et le directeur du port, Inge Tangeraas, sont sous le coup d’une enquête pour corruption suite au baptême du paquebot Viking Star, le 17 mai dernier dans la ville norvégienne.

Selon les informations du quotidien Bergens Tidende et de la chaine publique NRK, une perquisition aurait été effectuée dans les bureaux de la mairie dans la journée de vendredi. La maire et le directeur du port sont soupçonnés d’avoir bénéficié d’avantages de la part de la compagnie Viking Cruises, à l’occasion du baptême du dernier-né de sa flotte. Ils auraient, ainsi que des proches, profité de l’avion privé de l'armateur norvégien Thorstein Hagen, président de Viking, pour se rendre au lancement du navire aux chantiers Fincantieri. Trude Drevland, marraine du bateau, aurait également bénéficié d’une croisière gratuite, d’une valeur de 100.000 couronnes (11.000 euros), au départ d’Istanbul.

Suite à la révélation de ce « cadeau » par la presse locale, le maire a annoncé avoir annulé sa participation à cette croisière, qui devait se dérouler cet automne. L’enquête des journalistes norvégiens a montré que Trude Drevland avait, en amont du baptême, adressé un mail à Monica Maeland, ministre de l’Industrie appartenant au même parti qu’elle (Hoyre, parti de droite), pour obtenir un assouplissement des règles du pavillon international norvégien (NIS) en faveur du Viking Star. Elle aurait également demandé aux gestionnaires de la salle de réception Haakonhalle,  une « exception » pour que la fête du baptême du paquebot puisse s’y tenir, après que ces derniers l’aient refusé.

La Norvège, un des pays les plus en pointe en matière de transparence financière et de lutte contre la corruption, est particulièrement vigilante sur la question de la moralité de la vie politique. Les faits qui sont reprochés aux deux protagonistes sont passibles d’une peine de prison maximale de 10 ans. L’enquête est toujours en cours.