Croisières et Voyages
Norwegian Epic : Première croisière et baptême à New York

Actualité

Norwegian Epic : Première croisière et baptême à New York

Croisières et Voyages
Actualité

Livré à l'armateur américain NCL par STX France le 17 juin, le paquebot Norwegian Epic a rejoint, sans encombre, le port de New York, à l'issue d'une transatlantique inaugurale d'une semaine au départ de Southampton. Quelques 3500 passagers et 1700 membres d'équipage sont arrivés le 1er juillet, au petit matin, devant les côtes américaines. La veille au soir, dans le couché de soleil, le Queen Mary 2, parti un jour après d'Angleterre, avait doublé le Norwegian Epic. Pour ceux qui y assistèrent (cette rencontre ne fit malheureusement pas l'objet d'une annonce dans le bateau), le passage de cet autre grand navire construit à Saint-Nazaire offrit un magnifique spectacle aux passagers présents sur les ponts extérieurs ou au buffet panoramique situé au dessus de la passerelle. Durant une grosse heure, le grand liner progressa majestueusement sur tribord, s'effaçant progressivement dans le coucher de soleil.

Rencontre avec le Queen Mary 2 (© : MER ET MARINE - VINCENT WISNIEWSKI)
Rencontre avec le Queen Mary 2 (© : MER ET MARINE - VINCENT WISNIEWSKI)

Le Norwegian Epic à New York (© : NCL)
Le Norwegian Epic à New York (© : NCL)

Le lendemain matin, il était conseillé de se lever entre 5 et 6 heures pour profiter au mieux de l'arrivée à New York. Après plusieurs jours de mer dans le brouillard, qui s'estompa finalement la veille au soir, le soleil était présent et le ciel d'un bleu éclatant pour la première escale du Norwegian Epic à New York. Un temps parfait pour apprécier comme il se doit l'expérience unique d'une entrée par la mer dans le port américain (voir l'ensemble des photos en fin d'article). Passant sous le pont de Verrazzano, sur lequel les voitures et camions klaxonnaient pour saluer son passage, le navire a ensuite descendu l'Hudson River pour laisser sur bâbord la statue de la Liberté et s'avancer vers Manhattan. C'est là, au terminal croisière, qu'il s'est amarré, non sans avoir au préalable été contraint de mettre à l'eau quatre tenders et un canot. En effet, ces embarcations, à débordement (placée au dessus de l'eau), ne permettaient apparemment pas au navire d'accoster le long du terminal, doté d'une imposante passerelle pour l'embarquement et le débarquement des passagers. Il a donc fallu faire de la place en envoyant les tenders s'amarrer au quai d'en face, opération un peu compliquée dont on espère qu'elle ne se renouvellera pas trop souvent (cela dépendra de la configuration des terminaux dans les ports où le navire fera escale).

Les tenders à l'eau (© : MER ET MARINE)
Les tenders à l'eau (© : MER ET MARINE)

Les tenders à l'eau (© : MER ET MARINE)
Les tenders à l'eau (© : MER ET MARINE)

Le Norwegian Epic à quai (© : MER ET MARINE)
Le Norwegian Epic à quai (© : MER ET MARINE)

L'apparent zèle de l'administration américaine (notamment l'immigration) a contraint les passagers à attendre plusieurs heures avant de débarquer. L'attente s'est néanmoins déroulée dans le calme, d'autant que la compagnie avait rouvert les restaurants pour que les passagers puissent patienter l'estomac rempli.
La traversée s'est, quant à elle, …

Norwegian Cruise Line | Toute l'actualité de la compagnie de croisière NCL