Vie Portuaire
Nouméa : Les pilotes se dotent de deux avions

Actualité

Nouméa : Les pilotes se dotent de deux avions

Vie Portuaire

Les Pilotes Maritimes de Nouvelle-Calédonie ont baptisé le jeudi 10 mars, sur l’aérodrome de Magenta, leurs deux nouveaux avions. Off the Seas et Pacifique, ce sont leurs noms, permettent de faciliter le transport des pilotes depuis Nouméa jusqu’à leurs lieux de mission, en particulier vers les îles de Maré et Lifou.  « Alors qu’auparavant, ils devaient anticiper pour s’y rendre ou pour revenir, aujourd’hui grâce à ces deux aéronefs, la réactivité est décuplée, la régularité du service est améliorée et les frais d’attente entre deux missions sont considérablement diminués », explique la station néo-calédonienne, qui précise que ces nouveaux moyens visent notamment à tenir compte de l’augmentation significative du trafic lié à la croisière. « Il faut savoir que le travail d’un pilote maritime était partagé entre 33% de pilotage, 33% de temps d’attente et 33% en heures de transport. On comprend aisément que cet investissement est amorti par le gain obtenu grâce aux rotations augmentées entre les diverses missions. Ce qui permet aussi de recruter un pilote pour ces avions ».

 

 

Deux monomoteurs d’occasion du type Socata TB-20 Trinidad ont donc été acquis. Présentant une masse maximale au décollage de 1.4 tonne (500 kg de charge utile), ces appareils de 7.75 mètres de long et 9.97 mètres d’envergure sont dotés d’un moteur 6 cylindres Lycoming de 250 cv. Affichant une autonomie de 5h30, avec une vitesse de croisière de 260 km/h, ils peuvent franchir jusqu’à 1290 kilomètres. Le temps de trajet vers les îles de Maré et Lifou n’est, ainsi, que d’une heure depuis Nouméa.

 

(© PILOTES MARITIMES DE NOUVELLE-CALEDONIE)

(© PILOTES MARITIMES DE NOUVELLE-CALEDONIE)

 

Afin d’offrir un service permanent et de répondre aux demandes, les pilotes de Nouvelle-Calédonie ont estimé que deux avions étaient nécessaires : « Il en faut toujours au moins un qui vole lorsque l’autre est en révision par exemple, ce qui est obligatoire toutes les 50 heures de vol. Le pilote des avions a déjà effectué plus de 160 heures de vol en quatre mois, et il est prévu que sur une année près de 350 heures de vol soient assurées ».

La station souligne que, « depuis 10 ans, les tarifs de pilotage maritime n’ont pas augmenté et c’est aussi grâce à des réponses concrètes comme celle-ci que cela est rendu possible. Sur ces cinq dernières années, trois pilotes maritimes supplémentaires ont été recrutés pour répondre à l'augmentation du trafic, ce qui porte l'effectif à 14 ». 

 

Vraquier servi par hélicoptère (© PILOTES MARITIMES DE NOUVELLE-CALEDONIE)

Vraquier servi par hélicoptère (© PILOTES MARITIMES DE NOUVELLE-CALEDONIE)

 

Des navires également servis par la mer et via des hélicoptères

La station néo-calédonienne possède trois pilotines qui desservent les passes de Dumbéa, Boulari et la Havannah, qui forment les accès aux ports de Nouméa et Prony. En matière de trafics, la côte Est compte une importante activité de vrac (export de nickel brut) avec 8 sites (6 mouillages et 3 convoyeurs) servis par appontage d'hélicoptère, avec des Robinson 44 de la société Helisud affrétés par les armateurs via leur agent local.  Du côté de la côte ouest, on trouve 9 sites de chargement dont un quai (usine KNS et deux convoyeurs), le service des pilotes étant effectué par voie aérienne, routière ou maritime. En 2015, la station de pilotage a traité 2835 mouvements de navires. 

Pilotage