Construction Navale
Nouveau ferry : Le Conseil général du Finistère préfèrerait Piriou à STX

Actualité

Nouveau ferry : Le Conseil général du Finistère préfèrerait Piriou à STX

Construction Navale

Le Conseil général du Finistère confierait à Piriou la commande du nouveau ferry destiné à remplacer le Fromveur. C'est en tous cas ce qu'affirme STX France, qui était en compétition sur ce projet. « En lice avec le chantier Piriou de Concarneau, le chantier STX de Lanester vient d'apprendre qu'il n'a finalement pas été retenu », indiquait hier le candidat malheureux, affirmant que son concurrent avait été choisi. Cette annonce a provoqué une belle pagaille car elle intervient en pleine phase finale de l'appel d'offres lancé fin 2008 par le département breton. Les révélations de STX seraient, en effet, tombées la veille de l'envoi par le CG29 des lettres officielles annonçant aux différents candidats s'ils sont ou non retenus. Hier, au Conseil général du Finistère comme chez Piriou, on ne souhaitait pas commenter l'information. Le lauréat de l'appel d'offres devrait, néanmoins, être connu aujourd'hui. Il reste toutefois à savoir si l'annonce prématurée de STX est susceptible de perturber une procédure aussi complexe que celle d'un marché public.

Deux chantiers ayant besoin de commandes

Il est en tous cas rarissime qu'une telle situation se produise. Hier, STX ne cachait pas sa déception pour son site de Lanester, près de Lorient. Le chantier espérait, en effet, combler un important creux de charge en décrochant la commande du successeur du Fromveur, un navire mixte (fret et passagers) assurant la desserte des îles de la pointe Bretagne. STX n'était toutefois pas le seul à batailler ferme sur ce projet. Piriou, lui-aussi, doit remplir le carnet de commandes de Concarneau, qui achèvera à l'été sa dernière grosse unité : un sablier pour la compagnie française CETRA. En octobre dernier, lors de la livraison du bac amphidrome L'Estuaire (commandé par le Conseil général de la Gironde), le chantier finistérien n'avait d'ailleurs pas manqué de faire de l'appel du pied au Conseil général à propos du remplacement du Fromveur. « Nous avons bien entendu besoin de ce marché », expliquait alors l'industriel Concarnois.

Lorient dans une mauvaise passe

Pour le site morbihannais de STX : « Le projet de construction d'un ferry de ce type aurait représenté pour le chantier environ 60.000 heures de travail, soit un-tiers de son activité annuelle et de son chiffre d'affaires », explique l'entreprise, dont le carnet de commandes est bien maigre. Il ne reste en effet plus à achever qu'un patrouilleur du type OPV 70 pour le Maroc, livrable cet automne. Malheureusement, les sisterships tant espérés de ce navire n'ont pas encore été commandés. Face à la sous-charge du chantier, outre les actions de formation mises en oeuvre dans le cadre d'une convention avec l'Etat et la région (qui permettent la mobilité interne du personnel), une partie de l'effectif sera mis en chômage partiel entre avril et fin juin.
Comme à Saint-Nazaire, un projet de convention APLD représentant plus de 20.000 heures de chômage partiel est en cours de signature, indique le chantier. Enfin, pour atténuer le manque d'activité, le site STX de Lanester se positionne sur des marchés de sous-traitance maritime et terrestre.

« Confiant pour l'avenir »

A plus long terme, la direction compte voir des projets se concrétiser, entre le deuxième semestre 2010 et le premier semestre 2011, dit-elle. Les salariés espèrent également pouvoir tirer profit du développement de DCNS. Leur voisin lorientais, qui travaillent sur le programme des frégates multi-missions (FREMM), devraient lancer prochainement la construction de l'Hermes, première corvette de la famille Gowind. Lorient, comme d'autres, pourraient avoir une carte à jouer.
Pour le directeur du chantier de Lanester, la défaite face à Piriou est, en tous cas, « une énorme déception ». Jean Roche se veut néanmoins optimiste : « La période que nous traversons est très difficile, mais je reste néanmoins confiant pour l'avenir. Aujourd'hui, nous travaillons sur des petits marchés pour pallier la sous-charge à court terme. Nous nous positionnons également sur des projets de plus grande envergure qui devraient nous donner des perspectives d'ici la fin de l'année et à plus long terme. Nous devons tirer profit de cette période de sous-charge pour développer nos compétences afin de préparer l'avenir de notre site ».

Chantiers de l'Atlantique | Toute l'actualité des chantiers de Saint-Nazaire Chantier Piriou | Toute l'actualité du groupe naval breton