Défense
Nouveau succès pour MBDA dans la zone Asie-Pacifique

Actualité

Nouveau succès pour MBDA dans la zone Asie-Pacifique

Défense

Le missilier européen a été retenu par la Nouvelle-Zélande pour fournir des systèmes surface-air à très courte portée Sea Ceptor sur les frégates Te Kaha et Te Mana. Ces bâtiments de 117.5 mètres et 3600 tonnes de déplacement à pleine charge sont du type ANZAC, basé sur le modèle allemand Meko 200, que l’Australie a également fait construire à 8 exemplaires dans le cadre d’un programme en coopération avec la Nouvelle-Zélande (ANZAC signifie d’ailleurs Australian and New Zealand Army Corps).

A bord des Te Kaha et Te Mana, le Sea Ceptor remplacera les missiles américains Sea Sparrow dont les frégates sont équipées depuis leur mise en service, en 1997 et 1999. Les lanceurs verticaux VLS Mk41 pourraient être conservés, Lockheed-Martin et MBDA ayant conclu cette année un accord de coopération en vue d’adapter le lanceur américain au nouveau missile britannique CAAM, sur lequel le Sea Ceptor est basé. Mais Sachant que les frégates néo-zélandaises disposent actuellement d’un VLS Mk1 à 8 cellules, on peut en déduire qu’elles pourront mettre en œuvre jusqu’à 32 CAMM, dont quatre exemplaires peuvent être logés dans chaque cellule abritant aujourd’hui un Sea Sparrow. Il sera également possible de mettre en place de nouvelles cellules. 

 

 

Missile CAMM (

Missile CAMM (© MBDA)

 

 

Conçu pour remplacer le Sea Wolf, le Sea Ceptor, développé par MBDA UK, doit entrer en service en 2016 sur les frégates britanniques du type 23. Missile supersonique à lancement vertical, le CAMM mesure 3.2 mètres, pèse 99 kilos et affiche une portée de 25 km. Autonome mais pouvant bénéficier du rafraîchissement en vol des données, il disposera d'un autodirecteur électromagnétique actif et est conçu pour s'opposer à des cibles aériennes rapides, évasives, à faible signature et dotées de contre-mesures modernes.

On notera que ce missile équipera les futures frégates du type 26 de la Royal Navy, qui doivent succéder aux T23 à partir de 2020. Un programme auquel pourrait se joindre l’Australie, Canberra ayant en janvier signé avec Londres un accord visant à étudier cette possibilité. La marine australienne cherche, en effet, un successeur à ses quatre frégates du type O.H. Perry (1983 - 1993). Les ANZAC, mises en service entre 1996 et 2006, pourraient également être concernées à terme. Et, de facto, on peut se poser la question pour la Nouvelle-Zélande, qui a pour le moment prévu de maintenir les Te Kaha et Te Mana jusqu’à la fin des années 2020.

 

Concernant MBDA, le groupe signe en tous cas un nouveau succès dans la zone Asie-Pacifique, en se payant au passage le luxe de conquérir un client qui achetait jusqu’ici Américain (le Sea Ceptor était en compétition avec l’ESSM de Raytheon, successeur du Sea Sparrow). Ce contrat s’ajoute à celui conclu récemment avec Singapour, qui va doter ses forces terrestres du missile surface-air Aster, qui équipe déjà ses frégates du type Delta (dérivées des La Fayette françaises). MBDA va, également, fournir des systèmes surface-air VL Mica et des missiles antinavire Exocet MM40 Block3 pour les six nouvelles corvettes malaisiennes du type Gowind Combat, conçues par DCNS. Les mêmes armements doivent être fournis pour les deux corvettes du type SIGMA commandées par le Vietnam au groupe néerlandais Damen. Un ensemble de contrats très intéressants donc (même si certains sont encore en cours de négociation et attendent d’être finalisés) pour les sites français de MBDA qui produisent l’Aster, le Mica et l’Exocet. Ils permettront probablement de compenser, au moins en partie, la baisse des livraisons de missiles à l’armée française. 

MBDA