Marine Marchande
Nouveaux sauvetages alors que l’Italie a rouvert ses ports

Actualité

Nouveaux sauvetages alors que l’Italie a rouvert ses ports

Marine Marchande

Entre mardi et mercredi, 182 personnes ont été sauvées en Méditerranée par l’Ocean Viking. Le navire opéré par SOS Méditerranée et MSF a effectué deux interventions mardi. La première auprès d’un bateau en bois à 53 milles des côtes libyennes. A bord se trouvaient 48 personnes, dont des femmes, de très jeunes enfants et un nouveau né. Le deuxième sauvetage a eu lieu à 60 milles des côtes libyennes. Cette fois, ce sont 61 personnes qui ont été secourues d’une embarcation pneumatique en détresse. Le lendemain, mercredi, l'Ocean Viking est venu en aide à 73 personnes à bord d'un petit canot pneumatique surchargé, à environ 29 milles des côtes libyennes. L'équipe de SOS Méditerranée  a utilisé un radeau pour prévenir le danger. Par ailleurs, Malte a accepté, mardi, le débarquement d'environ 90 migrants secourus par les gardes-côtes italiens dans les eaux où les secours sont de compétence maltaise.

Alors que les premiers sauvetages avaient lieu, mardi, SOS Méditerranée s’est félicité d’avoir pu débarquer, samedi 14 septembre, 82 rescapés de l’Ocean Viking à Lampedusa, quinze mois après la fermeture des ports italiens aux navires de sauvetage humanitaires. Ils auront dû patienter six jours en mer, contre quatorze pour le premier débarquement de l’Ocean Viking, à Malte. Par ailleurs, 26 demandeurs d'asile sauvés par ce navire ont été accueillis à Lille en fin de semaine dernière, où ils sont accompagnés par l'association La Sauvegarde du Nord, mandatée par l'Etat.

Après cette réouverture de facto des ports italiens, « SOS Méditerranée souligne le caractère positif de cette étape et exhorte les Etats européens à amorcer une nouvelle ère dans les opérations de recherche et de sauvetage en Méditerranée centrale », indique un communiqué. Ce revirement intervient quelques jours après le changement de gouvernement en Italie, dont ne fait plus partie le ministre de l’Intérieur d’extrême droite Matteo Salvini. Emmanuel Macron se trouvait d'ailleurs ce mercredi à Rome pour rencontrer le chef du gouvernement de coalition, Giuseppe Conte, et tenter de relancer les relations franco-italiennes.

Solutions ad hoc

« Chaque jour de blocage en mer est un jour de trop. Dans les deux cas de figure, on assiste à des solutions ad hoc », déplore toujours Fabienne Lassalle, directrice générale adjointe de SOS Méditerranée France. « Cette situation de gestion au cas par cas qui prévaut depuis 15 mois ne peut plus durer. Nous attendons des Etats européens, qui se réunissent à Malte lundi prochain, qu’ils s’accordent sur la mise en place d’un mécanisme de débarquement coordonné, prévisible et pérenne ».

SOS Méditerranée a également dénoncé des « manquements » des gardes-côtes libyens. L’ONG déplore enfin « l’absence de collaboration de la mission européenne puisque les avions de Eunavfor Med ne communiquent pas les appels de détresse aux ONG de sauvetage qui sont sur zone et n’ont pas répondu à l’Ocean Viking lorsqu’il essayait d’entrer en communication avec eux ».

 

Migrants