Défense

Actualité

Nouvelle interception réussie d’un missile balistique par un destroyer japonais

Défense

Dans le cadre d’un exercice réalisé mardi avec la marine américaine, le destroyer japonais Atago a détruit un engin balistique de courte portée. Le bâtiment militaire a été au cœur de l’action sur toute la chaîne, de la détection au tir qui s’est avéré être réussi. L’information a été rendue publique par la Missile and Defence Agency, une organisation militaire américaine. L’interception a été menée à bien grâce au couple AEGIS / missile antibalistique SM-3 Block IB. Le test a été mené au large d’Hawaii, dans une zone d’essais de tir spéciale. Il avait pour but de tester le système de combat modernisé de l'Atago.

Ce n'est pas le premier tir d'un SM-3 effectué par l'Atago et encore moins la Japan Maritime Self-Defence Force. Cette dernière reste très engagée dans le maintien de cette capacité qu'elle est l'une des rares à maîtriser dans le monde. Pour le Japon, il s’agit d’un enjeu stratégique en matière de défense. Le pays du Soleil levant compte notamment sur ses navires de combat modernes pour préserver l’intégrité de son territoire contre d’éventuelles agressions nord-coréennes.

L’Atago est un destroyer dérivé de la classe Arleigh Burke de l’US Navy. Construit par Mitsubishi Heavy Industries à Nagasaki, il est entré en flotte en 2007. Long de 170 mètres pour 21 mètres de large, il déplace jusqu’à 10.000 tonnes. Son artillerie se compose d’un canon de 127 mm sur la plage avant et de deux systèmes Phalanx CIWS de 20 mm. Outre huit lanceurs pour missiles antinavires type 90, il dispose de 96 cellules VLS mk-41 (64 à l’avant, 32 à l’arrière) pouvant accueillir des missiles antiaériens SM-2MR et antibalistiques SM-3 ou encore anti-sous-marins RUM-139 ASROC.

 

Le destroyer Atago de la Japan Maritime Self-Defense Force (© US NAVY)

Le destroyer Atago de la Japan Maritime Self-Defense Force (© US NAVY)