Marine Marchande
Nouvelle manifestation contre LD Lines à Boulogne

Actualité

Nouvelle manifestation contre LD Lines à Boulogne

Marine Marchande

Huit jours après le blocage du terminal LD Lines, des salariés de SeaFrance ont de nouveau manifesté, vendredi, contre l'implantation de la filiale de Louis Dreyfus Armateurs à Boulogne. La CFDT dénonce toujours une « concurrence déloyale » faite à SeaFrance dans le détroit du Pas-de-Calais. L'argument est réfuté par LD Lines, qui rappelle que le Norman Arrow, son nouveau catamaran rapide récemment mis en service entre Boulogne et Douvres, est armé sous pavillon britannique et bénéficie d'un accord avec les syndicats anglais. La compagnie dénonce les attaques qui lui sont faites et précise qu'elle emploie son personnel sur les mêmes bases légales que P&O Ferries à Calais ou Norfokline à Dunkerque.
Les forces de l'ordre empêchant les manifestants de bloquer le terminal, les salariés de SeaFrance sont allés exprimer leur mécontentement dans le centre de Boulogne. Suite à la manifestation, la ville a d'ailleurs porté plainte. « Les dégradations qui ont été commises sont inacceptables. J'ai reçu des centaines de messages de Boulonnais indignés par ces comportements », explique dans les colonnes de la Voix du Nord le maire de Boulogne. Frédéric Cuvillier, qui juge la manifestation de vendredi « déplacée et irresponsable », ne cache pas sa colère : « Je n'ai jamais vu qu'on réglait des problèmes internes à une entreprise en montant une partie de la population contre une autre. Et surtout en venant ici nous expliquer que Boulogne n'a pas droit au transmanche. Je n'ai pas le souvenir de manifestation quand nous avons perdu le transmanche au profit de Calais. Si SeaFrance a aujourd'hui des difficultés, que ses salariés s'interrogent sur la gestion en interne et ne rejettent pas sur les autres leur propre responsabilité ».
A Calais et Paris, les discussions se poursuivent en vue de mettre en oeuvre le plan de redressement de SeaFrance. La direction de cette filiale de la SNCF, dans laquelle Brittany Ferries pourrait prendre une participation, prévoit de réduire la flotte à quatre navires. Quelques 550 suppressions d'emplois interviendraient d'ici 2013, la compagnie employant actuellement 1650 personnes.

Louis Dreyfus Armateurs