Défense
Nouvelle réduction des arsenaux nucléaires russes et américains

Actualité

Nouvelle réduction des arsenaux nucléaires russes et américains

Défense

Les Etats-Unis et la Russie se sont entendus pour réduire leurs arsenaux nucléaires à 1550 ogives pour chaque pays, contre 2200 aujourd'hui. Le nouveau traité « Strategic Arms Reduction Talks » a été signé hier, à Prague, par Barack Obama et Dimitri Medvedev. Le START va se traduire par une réduction des arsenaux nucléaires possédés par les deux pays d'environ 30% sur une période de 7 ans. Cet objectif représente une baisse de 74 % par rapport à la limite de START I, signé en 1991 par George Bush et Mikhaïl Gorbatchev et arrivé à expiration en décembre 2009. Pour mémoire, le traité prévoyait à l'époque une réduction de 9986 à 8556 ogives pour les Etats-Unis et de 10.237 à 6449 pour l'ex-URSS.
Le nouveau START, qui doit encore être ratifié par le Congrès et la Douma, verra toutefois son application dépendre de la question du bouclier anti-missile américain, dont le déploiement en Europe est contesté par les Russes. Hier, Dimitri Medvedev s'est néanmoins montré confiant dans la capacité des deux pays à parvenir à un compromis sur cette question.
Pour les USA comme la Russie, une grande partie de la force de frappe atomique repose sur les sous-marins nucléaires lanceurs d'engins. L'US Navy aligne pour le moment 14 SNLE du type Ohio, dotés chacun de 24 missiles Trident 2D-5. La Russie, quant à elle, dispose de 11 SNLE des types Delta III et Delta IV, capables de mettre en oeuvre 16 missiles SS-N-18 et SS-N-23. La marine russe dispose également d'un bâtiment de classe Typhoon (20 silos), le Dimitriy Donskoy, servant aux essais du nouveau missile balistique Bulava.