Défense
Ocea livre deux intercepteurs au Nigéria

Actualité

Ocea livre deux intercepteurs au Nigéria

Défense

Réalisés par le chantier Ocea de La Rochelle, les troisième et quatrième intercepteurs du type C-Falcon commandés par le Nigéria ont été livrés par le constructeur français. Embarqués sur un cargo à Saint-Nazaire, ils vont rejoindre dans les jours qui viennent le port de Lagos. Les P 273 et P 274 s’ajoutent aux P271 et P272, réceptionnés fin 2020 par la marine nigériane.

Commandés en 2018, il s’agit des premiers intercepteurs construits par Ocea depuis une vingtaine d’années, les derniers bateaux de ce type vendus par le groupe vendéen étant des unités de 12 mètres produites pour la police indonésienne. La commande du Nigéria est donc très importante car elle permet à Ocea de se relancer sur un marché considéré à fort potentiel de commandes.

Appartenant à la nouvelle gamme Fast Interceptor Craft d’Ocea, les C-Falcon sont des intercepteurs en aluminium de 17 mètres de long pour 3.6 mètres de large. Equipés de deux hydrojets ils peuvent atteindre la vitesse de 40 nœuds, avec une autonomie de 320 milles à cette allure. Armé par un équipage de 4 marins, ce modèle est conçu pour pouvoir embarquer une mitrailleuse télé-opérée et transporter jusqu’à 16 commandos et leur matériel. Ces forces spéciales prennent place dans un local aménagé sous le pont, une rampe à l’avant permettant un débarquement sur une plage. Les bateaux de ce type sont destinés à des missions d’interception rapide, de protection d’une zone ou d’installations portuaires et offshore, de contrôle de navires ou encore pour la projection de troupes depuis la mer. 

 

(© OCEA)

(© OCEA)

(© OCEA)

(© OCEA)

(© OCEA)

(© OCEA)

 

En dehors des quatre C-Falcon, on rappellera qu’Ocea a vendu de nombreux autres bateaux au Nigéria ces dernières années, dont quatre patrouilleurs du type FPB 110 (35 mètres) et huit FPB 72 (24 mètres). S’y ajoute un navire hydrographique de 60 mètres du type OSV 190, le NSS Lana, livré en décembre mais toujours présent à Saint-Nazaire, la crise sanitaire et les difficultés liés aux voyages internationaux ayant retardé le programme de formation de l’équipage.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Le NSS Lana partant pour une brève sortie en mer le 30 mars (© BERNARD PREZELIN)

Le NSS Lana partant pour une brève sortie en mer le 30 mars (© BERNARD PREZELIN)

OCEA | Toute l'actualité du constructeur naval français