Construction Navale
Ocea : Le site de La Rochelle temporairement à l’arrêt

Actualité

Ocea : Le site de La Rochelle temporairement à l’arrêt

Construction Navale

Le site Ocea de La Rochelle est à l’arrêt pour trois semaines, faute d’activité. Une vingtaine de salariés est au chômage partiel, alors qu’une dizaine est réaffectée vers les établissements vendéens du groupe. Face à cette situation, l’entreprise a également décidé de supprimer des postes : Six « licenciements » dit-on localement, des « départs négociés », précise la direction.

Suspension d’un important contrat pour l’offshore

Repris en 2009 par Ocea, l’ancien chantier Gamelin de La Rochelle, spécialisé dans les navires à passagers en aluminium, subit le contrecoup du gel d’une importante commande de crew boats. Après avoir réalisé une vingtaine de ces navires de 21 mètres destinés au transport de personnel vers les installations offshore, Ocea avait signé un nouveau contrat pour 24 unités supplémentaires. Mais la crise pétrolière liée à l’effondrement du prix du pétrole a entrainé la suspension du contrat après la livraison du second crew boat de cette nouvelle série. « L’exécution de ce contrat a été interrompue, nous avions l’espoir début juin de pouvoir redémarrer ce projet mais nous n’avons pas obtenu les garanties nécessaires. Avant d’être obligés de prendre des mesures, nous avons attendu d’avoir la certitude qu’il n’y avait pas d’espoir de poursuite à court terme. Pour minimiser au maximum l’impact, nous avons redistribué des personnels de La Rochelle vers d’autres sites et il y a du chômage partiel, ainsi que quelques départs négociés », explique Roland Joassard, président d’Ocea.

 

Crew boat réalisé de la gamme Combi par Ocea (© OCEA)

Crew boat réalisé de la gamme Combi par Ocea (© OCEA)

 

Trouver de la charge

Pour l’heure, le site n’est pas menacé de fermeture. Car Ocea a bien l’intention de voir le plan de charge se regarnir : « Nous faisons notre possible pour trouver de nouveaux clients sur le secteur des crew boats et charger La Rochelle avec autre chose ». Le constructeur mise notamment sur l’entrée en vigueur de contrats récemment signés pour combler la baisse d’activité dans son site rochelais et garnir le carnet de commandes de ses autres chantiers.

 

Mât radar en aluminium produit pour un paquebot construit chez STX (© MER ET MARINE - CAROLINE BRITZ)

Mât radar en aluminium produit pour un paquebot construit chez STX (© MER ET MARINE - CAROLINE BRITZ)

 

Saint-Nazaire en sous-traitance de STX

A Saint-Nazaire, notamment, des coques de crew boats et de patrouilleurs sont en attente de trouver des clients pour être achevées. Le site ligérien d'Ocea compense néanmoins ce passage à vide dans les constructions neuves en enchaînant les réalisations en sous-traitance pour STX France. Il a notamment produit le mât radar et les gradins de l’Aquatheater du plus grand paquebot du monde, l’Harmony of the Seas, livré le 12 juin. Alors que les chantiers de Saint-Nazaire doivent livrer 14 navires de croisière d’ici 2026, l'explosion de leur carnet de commandes tombe donc très bien pour Ocea en attendant la reprise de son activité traditionnelle. Sachant que l’entreprise travaille régulièrement, et depuis longtemps, en sous-traitance de STX France.

 

Coques de patrouilleurs en attente d'être vendues (© DR)

Coques de patrouilleurs en attente d'être vendues (© DR)

 

Fontenay : des coques et des fonds de citerne

En Vendée, le site Ocea de Fontenay-le-Comte continue apparemment de fabriquer des blocs et coques en aluminium au profit des chantiers du groupe. Une charge complétée avec une activité importante dans la production de fonds de cuves en aluminium destinées à équiper des camions citerne. C’est un marché peu connu, sur lequel Ocea est leader dans l’Hexagone et exporte.

 

 

Deux yachts et un OPV au Sables

Enfin, le grand chantier des Sables d’Olonne travaille sur plusieurs navires, dont deux unités de grande plaisance de 30 mètres. Après huit mois de refonte, le yacht Espiritu Santo, livré par Ocea en 2002, quittera la Vendée cet été. Il en sera de même pour le nouveau yacht du type Commuter 90, commandé début 2015 et qui sortira du hall de construction dans les prochains jours. En juillet, c’est un patrouilleur de 60 mètres commandé par le Sénégal qui sera mis à l’eau. Après la livraison à la marine indonésienne de deux bâtiments océanographiques de taille similaire l’an dernier, il s’agit du premier grand OPV réalisé par Ocea. Une réalisation sur laquelle le constructeur vendéen mise beaucoup pour séduire d’autres forces navales avec sa nouvelle gamme de patrouilleurs hauturiers, qui sera désormais « sea proven ».

Pour mémoire, le groupe emploie 280 personnes, dont 119 aux Sables, 58 à de Fontenay-le-Comte et 48 à Saint-Nazaire. 

 

 

OCEA | Toute l'actualité du constructeur naval français