Défense
Les Sables : Ocea met à l’eau un navire hydro-océanographique pour le Nigéria

Actualité

Les Sables : Ocea met à l’eau un navire hydro-océanographique pour le Nigéria

Défense

Commandé en 2018 par le Nigéria, le Lana a été mis à l’eau hier au chantier Ocea des Sables d’Olonne. Entièrement réalisé en aluminium, comme toutes les productions du constructeur vendéen, il est désarmais en achèvement à flot en vue d’une livraison d’ici 2021.

Du type OSV 190 SC-WB, un modèle conçu par Ocea et déjà livré à deux exemplaires à la marine indonésienne en 2015, ce navire mesure 60.1 mètres de long pour 11.5 mètres de large et 3.5 mètres de tirant d’eau. Pouvant accueillir 50 personnes, il sera capable d’atteindre la vitesse de 14 nœuds et de franchir 4400 nautiques à 12 nœuds, pour une autonomie sans ravitaillement de 20 jours.

 

La cérémonie s'est déroulée hier en présence de l’ambassadrice du Nigéria en France, d'une délégation de l’état-major de la marine venue d’Abuja et de représentants de l’administration française 

La cérémonie s'est déroulée hier en présence de l’ambassadrice du Nigéria en France, d'une délégation de l’état-major de la marine venue d’Abuja et de représentants de l’administration française (© OCEA)

 

Le Lana permettra à la marine du Nigéria d’accroître sensiblement ses capacités de connaissance des eaux et fonds marins de sa zone économique exclusive (ZEE). Le navire remplira des missions hydrographiques et océanographiques et divers programmes de recherches scientifiques de la bande côtière à la haute mer. Polyvalent, il pourra également servir à la surveillance de la ZEE, la police des pêches, les opérations de recherche et de sauvetage ou encore l’assistance et le ravitaillement d’autres bateaux.

Ses équipements scientifiques comprennent notamment un sondeur multifaisceaux grands fonds, un sonar mono-faisceau pour les eaux profondes, un sonar à balayage latéral, un courantomètre et des moyens de prélèvement, de stockage et d’analyse d’eau, de poissons et de sédiments. Les données recueillies et  prélèvements effectués seront analysés à bord dans des locaux et laboratoires dédiés.

En plus de cet OSV, Ocea a d’autres contrats en cours avec le Nigéria. Après une série de huit vedettes de 24 mètres du type FPB 72, le chantier français livrera dans les mois qui viennent deux patrouilleurs de 35 mètres du type FPB 110 (s’ajoutant aux deux premiers livrés en 2018). S’y ajoute, toujours pour le même client, quatre intercepteurs de 17 mètres du type C-Falcon dont le premier exemplaire est en essais.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

OCEA | Toute l'actualité du constructeur naval français