Pêche
Ocea : Nouveaux bateaux aquacoles et transformation d’anciennes unités

Actualité

Ocea : Nouveaux bateaux aquacoles et transformation d’anciennes unités

Pêche

Plutôt connu sur le secteur des navires à passagers, des bâtiments militaires ou encore des unités de servitude, le constructeur français Ocea travaille également dans le domaine de l’aquaculture.  En reprenant Gamelin, en 2009, le groupe a en effet intégré le savoir-faire du chantier rochelais dans la construction de bateaux ostréicoles et mytilicoles en aluminium. Une expérience qu’Ocea a mise à profit afin de développer une gamme de navires répondant à la mise en place en France, en avril 2012, d’une nouvelle règlementation dédiée aux navires aquacoles.

Deux types de bateaux ont été conçus par le bureau d’études d’Ocea : l’Aquafisher 70, de 21 mètres, et l’Aquafisher 80, de 24 mètres. « Ces deux modèles sont basés sur le même principe innovant de carène avec un rostre polyèdre offrant un meilleur passage à la vague et une meilleure tenue de cap », explique le constructeur, qui précise que ces bateaux bénéficient des dernières technologies mises au point par ses soins en ce qui concerne les profilés extrudés (tôles de pont en platelage, profils de livet de pont, structures longitudinales...) Grâce à cela, ces navires affichent un poids de coque aluminium environ 30% plus faible que les constructions traditionnelles à résistance équivalente, ce qui permettra un gain sensible en consommation.

Ocea a enregistré deux premières commandes : un Aquafisher 70 pour l’Aiguillons-sur-Mer, en Vendée, et un Aquafisher 80 pour La Turballe, en Loire Atlantique.

 

 

 

 

Transformation d’anciennes unités aquacoles

 

 

Ocea s’intéresse par ailleurs à la transformation des navires mytilicoles et ostréicoles existants. Selon le constructeur, ces bateaux, même récents, sont en effet « très difficiles à revendre sur le marché de l’occasion, du fait de leurs caractéristiques règlementaires très dérogatoires, les empêchant ainsi d’être vendables sur le marché des navires de charge (travaux portuaires, travaux subaquatiques, transport de fret) ». Le groupe propose donc aux propriétaires différentes solutions. Ainsi, Ocea vient de mettre à l’eau l’ancien bateau mytilicole Espadon, transformé en navire de travaux portuaires et subaquatiques. Rebaptisé Plonplon, il va être exploité par la société Atlantique Scaphandre  après une mise en conformité règlementaire à la division 222. Dans le cadre de ce projet, Ocea a conçu et mis au point des appendices spéciaux rapportés sous la coque de l’ex-Espadon, permettant de satisfaire les critères de franc-bord des navires de charge.

 

 

 

 

Parallèlement à la mise à l’eau du Plonplon, Ocea a rentré dans ses ateliers de La Rochelle le navire ostréicole Alfred, dont la société Promar s’est portée acquéreuse. Le navire va subir de lourdes transformations afin d’être adapté au transport de fret dans le domaine de l’offshore pétrolier au Gabon.  A l’issue du chantier, le navire, renommé Mamo Cargo 2100, sera capable de transporter en même temps un conteneur de 20 pieds, un conteneur de 10 pieds, un rack de tubes pétrole de 12 mètres et un rack de tubes pétrole de 8 mètres. Il sera équipé à l’arrière d’une structure aluminium avec des défenses Ocean 3, lui permettant d’accoster sur les pontons ou plateformes pour les opérations de chargement et de déchargement de la plage arrière. Il sera également doté d’une cabine pour 6 passagers et d’un deuxième poste de pilotage au dessus de la timonerie. 

OCEA