Disp POPIN non abonne!
Défense
ABONNÉS

Actualité

Ocea : Un nouvel OPV de 72 mètres

Défense

Le constructeur vendéen étoffe sa gamme de patrouilleurs hauturiers avec un nouveau modèle, l’OPV 230. Ce bâtiment de 72 mètres de long est, comme tous les bateaux conçus et produits par Ocea, intégralement en aluminium. L’industriel français s’est fait une spécialité des coques en alu, en particulier pour de grands navires. Plus léger que l’acier, ce matériau présente l’avantage de réduire sensiblement le poids des coques et donc mécaniquement la consommation en carburant et les émissions de CO2. L’alu est en outre inoxydable, ce qui contribue à réduire les coûts d’exploitation.

Proposé notamment avec une propulsion diesel-électrique, le nouvel OPV 230 affiche une autonomie comprise entre 4000 et 7000 milles. « Ce patrouilleur de haute mer offre des performances élevées et une emprunte environnementale maîtrisée avec sa propulsion hybride permettant d’atteindre des vitesses de 25 à 30 nœuds et l’utilisation de moteurs électriques 60% du temps d’opération », explique-t-on chez Ocea.

Le bâtiment est conçu pour être armé par un équipage de 36 marins. Il dispose en outre de logements pour 30 personnes supplémentaires. Pouvant être équipé d’une tourelle de 76mm ou de canons plus légers en artillerie principale, comme le 40mm, complétés par des affûts légers, l’OPV 230 dispose d’une plateforme pour un hélicoptère de 5 tonnes. Il ne peut pas abriter un appareil de cette taille à son bord, mais dispose d’un petit hangar pour abriter et soutenir un drone aérien.

 

L'OPV 230 avec sa Mission Bay ouverte ( © OCEA)

L'OPV 230 avec sa Mission Bay ouverte ( © OCEA)

 

Ce patrouilleur se distingue également par l’intégration, en son centre, d’une « Mission Bay ». Destiné à accroître la polyvalence du bateau, cet espace, reconfigurable selon les missions, peut abriter différents types d’équipements, notamment sous forme de modules conteneurisés. Ceux-ci sont embarqués et débarqués grâce à des moyens de manutention dédiés, qui servent également à la mise à l’eau et la récupération de deux semi-rigides de 8.5 mètres.

 

L'OPV 230 avec sa Mission Bay ouverte ( © OCEA)

L'OPV 230 avec sa Mission Bay ouverte ( © OCEA)

 

« Ce nouveau patrouilleur s’inscrit dans la droite ligne des OPV que nous avons déjà réalisés. Ceux-ci  se caractérisent par leur robustesse et leur excellente tenue à la mer, une attention très poussée en matière de confort pour l’équipage, une vraie polyvalence opérationnelle, un coût de possession optimisé et des émissions de CO2 réduites », souligne-t-on chez Ocea.

Avec ce nouveau modèle, le constructeur vendéen vise sans nul doute l’export, mais aussi probablement le marché national et, plus particulièrement, le programme des six nouveaux patrouilleurs de la Marine nationale destinés à l’Outre-mer. Pour la première fois, le ministère français des Armées a en effet ouvert la compétition non seulement comme habituellement à des bâtiments réalisés en acier, mais aussi à des plateformes en aluminium. Et le gabarit comme les capacités de l’OPV 230 semblent clairement répondre aux besoins de la flotte française.

Ocea, qui a déjà livré plus de 200 navires civils et militaires depuis sa création en 1987, a vu son activité, liée à 95% à des contrats export, augmenter considérablement ces dernières années sur le marché de la sécurité. Les chantiers du groupe ont, ainsi, réalisé des dizaines de vedettes et petits patrouilleurs pour des marines étrangères, avant de passer à des plateformes plus grandes grâce à l’ouverture d’un nouveau chantier aux Sables d’Olonne. Il y a d’abord eu deux bâtiments hydrographiques de 60 mètres (type OSV 190) livrés à l’Indonésie en 2015 (un modèle dérivé pour la marine nigériane le sera fin 2019), puis de premiers contrats pour des patrouilleurs hauturiers. D’abord le Fouladou, une unité de 58 mètres du type OPV 190 réceptionnée par la marine sénégalaise en 2016 (voir notre reportage à bord du Fouladou). Ocea travaille maintenant sur un bâtiment encore plus imposant, qui sera d’ailleurs le plus grand de son histoire et le plus gros OPV au monde réalisé en aluminium. Il s’agit d’une unité de 84 mètres du type OPV 270 commandée par les Philippines. En cours de construction, ce bâtiment doit être achevé l’année prochaine.  

 

Le bâtiment hydrographique indonésien Rigel, du type OSV 190 ( © MICHEL FLOCH)

Le bâtiment hydrographique indonésien Rigel, du type OSV 190 ( © MICHEL FLOCH)

Le patrouilleur sénégalais Fouladou, du type OPV 190 ( © OCEA)

Le patrouilleur sénégalais Fouladou, du type OPV 190 ( © OCEA)

Vue du modèle OPV 270 ( © OCEA)

Vue du modèle OPV 270 ( © OCEA)

 

OCEA Euronaval 2018