Disp POPIN non abonne!
Défense
ABONNÉS

Actualité

Ocea va construire deux vedettes pour la Douane aux Antilles

Défense
Construction Navale

C’est un très beau succès pour le constructeur français vendéen, qui n’avait pas travaillé avec les services de sécurité maritime français depuis une quinzaine d’années. Mer et Marine a appris qu’Ocea est sorti vainqueur de l’appel d’offres portant sur la réalisation de deux nouvelles vedettes garde-côtes destinées à la Douane. Des bateaux qui seront basés aux Antilles.

Les caractéristiques techniques

Ces VGC, intégralement réalisées en aluminium, mesureront 31.2 mètres de long pour 7.3 mètres de large, avec un tirant d’eau de 1.85 mètre. Conçues pour atteindre la vitesse de 27 nœuds en charge et franchir 520 milles à 20 nœuds (25 heures d’opération), elles seront équipées de deux moteurs Caterpillar C32 de 1268 kW chacun et deux générateurs C4 (2 x 69 kW). Disposant d’un propulseur d’étrave pour faciliter les manœuvres, leur capacité d’emport en carburant sera de 11 m3. L’équipage comprendra 9 douaniers, ces vedettes pouvant mettre en oeuvre de l’armement léger (mitrailleuses) et un semi-rigide de 5.8 mètres. C’est la société française Sillinger qui fournira ces embarcations rapides disposant d’un moteur Yamaha de 115 cv.

 

Vue des futures vedettes commandées par la Douane (© : OCEA)

Vue des futures vedettes commandées par la Douane (© : OCEA)

 

Mise en service en 2020

« Le marché a été notifié en septembre au chantier Ocea basé aux Sables d’Olonne. Trois sociétés se sont portées candidates auprès de la DGDDI pour fournir à cette dernière deux vedettes garde-côtes appelées à rejoindre les Antilles, théâtre principal du trafic de stupéfiants en mer. Deux sociétés ont ainsi été écartées au bénéfice d’Ocea. Les deux vedettes ont vocation à remplacer des moyens navals âgés sur la zone, en Guadeloupe et en Martinique », explique-t-on à direction générale de la douane et des droits indirects.

La première VGC devrait être achevée fin 2019 et rejoindra en cargo les Antilles, où sa livraison est prévue début 2020.

Un design dérivé de bateaux précédemment vendus

Ces bateaux adoptent une carène issue de la gamme Explorer de vedettes de transport de passagers d’Ocea, dont les derniers exemplaires ont été livrés en 2017 et 2018 à la compagnie bretonne Navix et  l’armateur irlandais Doolin2Aran Ferries. Permettant aux bateaux d’opérer dans des conditions de mer difficiles, cette coque avait déjà été déclinée par le chantier vendéen pour des applications militaires. Cela avait donné la première génération de FPB 100, dont trois exemplaires ont été livrés au Koweït entre 1997 et 2001.

 

Vedette à passagers du type Explorer 100 (© : OCEA)

Vedette à passagers du type Explorer 100 (© : OCEA)

Première génération de FPB 100 avec le Koweït (© : OCEA)

Première génération de FPB 100 avec le Koweït (© : OCEA)

 

Mais les futures VGC de la Douane, qui garde l'appellation FPB 100, héritent aussi des derniers patrouilleurs rapides développés par Ocea, en particulier le FPB 98 au niveau de la superstructure, qui comprend un pont supplémentaire. Un bateau qui rencontre un franc succès puisqu’Ocea en a déjà livré plus de 25 exemplaires depuis 2008 à l’Algérie, au Bénin, au Nigéria et au Surinam. Et d’autres devraient suivre. 

 

Un FPB 98 (© : BERNARD PREZELIN)

Un FPB 98 (© : BERNARD PREZELIN)

 

Ces contrats, comme ceux que réalise actuellement Ocea (dont un patrouilleur de 84 mètres pour les Philippines et un navire hydrographique de 60 mètres pour le Nigéria), rappellent que l’entreprise réalise depuis des années l’essentiel de son chiffre d’affaires à l’export, tout en réussissant dans un environnement très compétitif à produire tous les bateaux qu’elle vend dans ses trois sites français (Les Sables d’Olonne, Fontenay-le-Comte, Saint-Nazaire et La Rochelle).

Une longue absence de contrat avec les administrations françaises

Avec la Douane, Ocea signe donc son grand retour dans le marché hexagonal de la sécurité en mer, sur lequel le constructeur n’a pas vendu de vedettes depuis les quatre FPB 50 (Callisto, Deimos, Telesto et Phobos) réceptionnées par les Affaires maritimes en 2001. Ses derniers contrats avec des administrations françaises ne sont pas beaucoup plus récents, puisqu’il s’agit du petit navire école Aunis 2 de la Douane entré en service en 2005 et de quatre baliseurs côtiers (Cardonnet, Pointe de Grave, Begen Avor et Côtes de Cornouailles) livrés aux Phares et Balises entre 2004 et 2008.

En lice pour les futurs POM de la Marine nationale

Et maintenant qu’il est de retour, le chantier vendéen ne compte évidemment pas s’arrêter là. On devrait ainsi le voir se positionner sur différents appels d’offres français. Y compris, très probablement, celui des six futurs patrouilleurs d’outre-mer (POM) de la Marine nationale, dont le marché, lancé cet été par la Direction Générale de l’Armement, ne porte plus uniquement sur des coques en acier. Pour la première fois, la porte est aussi ouverte par le ministère des Armées à des bateaux en aluminium, la grande spécialité d’Ocea, qui va donc pouvoir faire valoir ses dernières réalisations dans le domaine des patrouilleurs hauturiers. La concurrence s’annonce toutefois très rude sur ce programme.

 

Douane OCEA