Construction Navale
Ocea va construire un navire polyvalent pour l’île d’Yeu

Actualité

Ocea va construire un navire polyvalent pour l’île d’Yeu

Construction Navale
Pêche
Energies Marines

Assurer, au profit des pêcheurs vendéens, le transport de poisson entre l’île d’Yeu et les Sables d’Olonne, tout en étant capable de réaliser d’autres types d’opérations, comme des interventions sur les champs éoliens offshore. Ce seront les missions du Maxiplon, un nouveau navire polyvalent que va réaliser Ocea. Commandé par Atlantique Scaphandre, ce bateau sera exploité par A2TMi (Atlantique Travaux Transports Maritimes Islais). Cette nouvelle société, qui verra le jour en janvier prochain à l’Ile d’Yeu, réceptionnera le Maxiplon deux mois plus tard. Réalisé par le chantier Ocea des Sables d’Olonne, il doit être livré le 15 mars 2016.

Un navire de 28 mètres en aluminium

Du type OSV 90 WB, ce navire en aluminium de 28.4 mètres de long pour 8.1 mètres de large présentera un tirant d’eau maximum de 1.8 mètres. Capable d’atteindre la vitesse de 14 nœuds, il sera mis en œuvre par 2 à trois marins. « Ce navire de servitude conçu autour d’un pont de travail largement dégagé pour assurer les différentes opérations avec le maximum de sécurité pour le personnel. Afin de réaliser ses missions, il est doté des matériels de saisie, de levage et de traction. Son faible tirant d’eau permet de travailler et de rentrer dans les ports sans tenir compte des marées. L’ensemble des opérations est conduit par le personnel embarqué. La sécurité des hommes est une priorité compte tenu des masses, des efforts mis en jeu et de la nature des opérations », explique Atlantique Scaphandre.

Multi-missions

Le Maxiplon effectuera toutes les nuits la navette entre Yeu et les Sables afin d’assurer le transport en conteneurs réfrigérés de produits frais. Un nouveau service qui doit, explique Atlantique Scaphandre, « permettre aux bateaux de pêche Sablais et d’autres ports d’optimiser leurs déplacements, de favoriser une économie de gasoil et d’améliorer les conditions de vie et de travail des équipages en réduisant le temps de route, tout en gardant la vente du jour ». Mais ce navire sera en fait multi-missions : « La régularité des déplacements entre l’Ile d’Yeu et Les Sables d’Olonne permettra aux professionnels de tout domaine d’avoir un service de travaux et de transports plus adapté ». Le Maxiplon pourra par exemple effectuer des rotations avec des passagers (9 places) entre l’île et le continent, tout en étant conçu pour pouvoir répondre aux besoins des champs éoliens offshore, il pourra être mobilisé « pour des travaux d’urgence, d’entretien, de plongée, et la mise à disposition pour les différentes sociétés qui sont amenées à intervenir en mer ».

Réflexion collective

Son armateur, qui précise que ce bateau est 100% autofinancé, explique que ce projet est le fruit d’une étroite réflexion entre les différents partenaires maritimes intéressées par son exploitation : CCI 85, Armements à la pêche des Sables d’Olonne et de l’Ile d’Yeu, dont l’ACAV, le Comité Régional des Pêches Maritimes et des Elevages Marins des Pays de la Loire, l’Organisation de Producteur de Vendée.

Atlantique Scaphandre accroît son offre de services

Le Maxiplon viendra s’ajouter aux deux navires déjà exploités par Atlantique Scaphandre : Le Miniplon aux Sables d’Olonne et le Plonplon à La Rochelle. Ainsi, le nouveau navire va permettre à la société d’accroître son offre de services mais aussi sa réactivité « pour des missions en tout genre », avec des capacités plus importantes en termes de levage, de stockage et de déplacement. Atlantique Scaphandre précise par ailleurs que la création d’A2TMi va permettre de générer de nouveaux emplois sur l’île d’Yeu. 

OCEA