Défense
Ocea vend (entre autres) des intercepteurs au Nigéria
ABONNÉS

Actualité

Ocea vend (entre autres) des intercepteurs au Nigéria

Défense
Construction Navale

Après des unités de 12 mètres vendues à police indonésienne il y a presque 20 ans, cela faisait longtemps que le constructeur vendéen essayait de revenir sur le marché des intercepteurs. C’est désormais chose faite avec une première commande pour sa nouvelle gamme C-Falcon enregistrée auprès du Nigéria. Ocea va selon nos informations réaliser pour ce client quatre intercepteurs en aluminium de 17 mètres de long pour 3.6 mètres de large. Dotés de deux hydrojets et pouvant atteindre la vitesse de 40 nœuds, ces bateaux, conçus pour pouvoir embarquer une mitrailleuse télé-opérée, seront mis en œuvre par deux marins et pourront transporter jusqu’à seize commandos et leur matériel. Ces forces spéciales prendront place dans un local aménagé sous le pont, une rampe à l’avant des bateaux permettant un débarquement sur une plage. Ces intercepteurs sont destinés à des missions d’interception rapide, de protection d’une zone ou d’installations portuaires et offshore, de contrôle de navires ou encore pour la projection de troupes depuis la mer.

Cette commande vient compléter d’autres contrats déjà en cours chez Ocea pour le Nigéria. Les chantiers vendéens vont ainsi livrer à ce pays, en 2020, plusieurs autres bateaux, dont un navire hydrographique de 60 mètres du type OSV 190, le troisième du genre après les deux livrés à la marine indonésienne en 2015. Vont s’y ajouter deux patrouilleurs de 35 mètres du type FPB 110 (s’ajoutant aux deux premiers livrés en 2018) et le dernier d’une nouvelle série de FPB 72 (24 mètres) portant le nombre de ces petits patrouilleurs côtiers en service dans

OCEA | Toute l'actualité du constructeur naval français