Croisières et Voyages

Reportage

Oceania Cruises : A la découverte du Sirena

Croisières et Voyages

A l’occasion de son escale inaugurale au Havre au mois d’août, nous avons eu l’occasion de visiter le nouveau paquebot d’Oceania Cruises. Baptisé le 27 avril dernier à Barcelone, le Sirena est le sixième navire de la compagnie américaine, fondée en 2002 sous l’impulsion de Frank del Rio, aujourd’hui président du groupe Norwegian Cruise Line Holdings, qui regroupe NCL, Seven Seas Cruises et Oceania Cruises.

Un ancien R Class sorti des chantiers de Saint-Nazaire en 1999

Long de 180.9 mètres pour une largeur de 25.5 mètres et une jauge de 30.277 GT, le Sirena compte 342 cabines. Ce n’est pas un bateau neuf puisqu’il est sorti en 1999 des chantiers de Saint-Nazaire. Il s’agit de l’ex-R Four, l’un des huit anciens paquebots de la classe R réceptionnés entre 1998 et 2001 par la défunte compagnie Renaissance Cruises, qui a fait faillite après les attentats du 11 septembre. Suite à la liquidation, la flotte a été dispersée au sein de différents opérateurs, y compris la toute jeune Oceania Cruises, dont le créateur connaissait bien ces petits navires haut de gamme puisqu’il était auparavant numéro 2 de Renaissance Cruises.

 

Le Sirena (© : MER ET MARINE - FABIEN MONTREUIL)

 

Importante rénovation à Marseille

Le Sirena, qui naviguait depuis 2002 chez Princess Cruises sous le nom d’Ocean Princess, a été racheté pour 82 millions de dollars et a rejoint les trois autres « R Class » déjà exploités par Oceania - les Insigna (ex-R One), Regatta (ex-R Two) et Nautica (ex-R Five). Ces navires s’ajoutent aux deux premières constructions neuves de la compagnie, les Marina et Riviera (238 mètres, 68.000 GT, 632 cabines), entrées en service en 2011 et 2012.

Avant de faire ses débuts aux couleurs de son nouvel armateur, le Sirena a bénéficié d’un important arrêt technique au Chantier Naval de Marseille. D’une durée de 35 jours, ce chantier de 40 millions de dollars a vu la réfection des espaces publics et des cabines, ainsi que la mise aux standards d’Oceania, avec par exemple la création de nouveaux restaurants.

 

Le Sirena (© : MER ET MARINE - FABIEN MONTREUIL)

Le Sirena (© : MER ET MARINE - FABIEN MONTREUIL)

 

Un produit haut de gamme

Pouvant accueillir 684 passagers en base double, le Sirena est un très beau petit navire offrant une ambiance cosy et intimiste. Sa décoration, par moments, n’est pas sans rappeler l’atmosphère d’un château, avec ses escaliers monumentaux, ses moulures, voûtes et peintures aux plafonds, ses multiples œuvres d’art, ses épaisses moquettes et boiseries, ou encore ses fausses cheminées décorant salons et bibliothèques. Très confortable, avec pour l’essentiel des cabines et suites (situées à l’arrière) dotées d’un balcon privatif (70% d’entre elles), le Sirena offre un service haut de gamme.

 

Le salon de l'Owner Suite du Sirena (© : OCEANIA CRUISES)

 

Il y a près de 400 membres d’équipage à bord, aux petits soins pour les passagers. « Le Sirena et les petits navires de cette classe sont très chaleureux, décorés avec goût et, lorsque l’on remonte à bord à la fin d’une escale, on a l’impression de revenir chez soi », explique la fondatrice de l’agence A Tire d’Ailes, spécialiste des croisières haut de gamme. Selon Andrée Kurdian, Oceania peut bel et bien être rangée dans les compagnies de luxe. Pour autant, elle ne se présente pas comme tel et attire donc une clientèle aisée mais pas du tout guindée : « L’ambiance est chic décontracté avec une clientèle raffinée et cultivée qui veut découvrir des endroits hors des sentiers battus accessibles seulement à de petits navires ». Avec par conséquent des itinéraires et un programme d'excursions très travaillé. 

 

 

Service impeccable et excellente nourriture

Oceania est, en particulier, réputée pour la qualité de son service et de sa nourriture, la gastronomie à bord pouvant être considérée, nous l’avions constaté lors d’un voyage à bord du Riviera (voir notre reportage), comme l’une des meilleures de l’industrie de la croisière. Et la compagnie présente des avantages très appréciables : « Oceania constitue un excellent rapport qualité/prix, avec Wifi gratuit, crédits à bord importants et boissons non alcoolisées incluses », explique Andrée Kurdian.

Le Sirena propose à ses passagers différents restaurants : une grande salle à manger avec sa succulente carte aux influences internationales et le Red Ginger (fusion de saveurs asiatiques), le Tuscano (steak house aux parfums italiens). Compte tenu de la petite taille du Sirena, il n’a pas été possible d’intégrer plus de restaurants thématiques, à l’instar des Marina et Riviera qui en comptent 7. Oceania a néanmoins décidé, afin d’étendre l’expérience culinaire, de proposer dans la salle à manger, le midi, le Jacques Bistro (qui est un restaurant français sur les deux navires les plus récents), qui permet aux passagers de déguster des recettes du chef Jacques Pépin, très connu aux Etats-Unis et qui collabore avec Oceania depuis ses débuts.

L’offre de restauration du Sirena comprend enfin, en dehors du room service 24h/24, le Terrace Café, un buffet qui tient en fait plus du restaurant. Ce dernier se situe à l’arrière du pont 9, comprend un espace intérieur avec grandes baies vitrées et s’ouvre sur une grande terrasse extérieure avec une partie grill.  

 

Le Sirena (© : MER ET MARINE - FABIEN MONTREUIL)

 

Le pont piscine et le centre de bien-être

Le Terrace Café se trouve au même pont que la piscine extérieure, agrémentée de deux bains à remous. Cet espace est aussi doté d’un bar et d’un confortable mobilier, fauteuils et chaises longues.

 

 

A l’avant du pont 9, on découvre le centre de bien-être géré par Canyon Ranch Spa, avec salon de beauté, des salles de massage et de traitements pour le corps et le visage, un sauna, un hammam ainsi qu’un bassin de thalassothérapie. S’y ajoute une salle de fitness avec de nombreuses machines et banc de musculation. Les clients du Spa bénéficient aussi d’une terrasse privative extérieure, au-dessus de la passerelle, d’où ils peuvent se relaxer et profiter d’une superbe vue. Cette partie du bateau comprend également une petite salle de conférence et un espace Internet. 

 

 

Salon d’observation et sun deck

Un panorama que l’on peut également apprécier juste au-dessus, au pont 10, où se trouve le salon d’observation Horizon. Cet espace calme, avec ses gros fauteuils et banquettes, est très prisé en journée des passagers souhaitant se reposer, lire un livre, méditer devant la mer et admirer le paysage. En soirée, il s’anime avec des musiciens et chanteurs, une piste de danse se situant au centre, face au bar.

 

L'Horizon (© : MER ET MARINE - FABIEN MONTREUIL)

 

En allant vers l’arrière, on passe d’abord à l’aplomb du pont piscine, le sun deck servant aussi de piste de jogging (un espace pour ceux qui veulent bronzer, avec transats et douches, est également disponible au pont 11, près du mini-golf et de jeux, comme le Shuffelboard).

 

Le Sirena (© : MER ET MARINE - FABIEN MONTREUIL)

 

 

Les restaurants, les salons, le casino et la bibliothèque

Puis on arrive à l’arrière du pont 10 à la magnifique bibliothèque, dont la décoration donne l’impression d’avoir fait un bond dans le temps avec son style ancien, puis deux des restaurants du navire, le Red Ginger et le Tuscano Steak. Répartis à tribord pour l’un et à bâbord pour l’autre, ils sont aménagés dans un espace très cosy et intime, avec de grandes baies vitrées pour apprécier le magnifique spectacle des fins de journée sur la mer.

 

La bibliothèque (© : MER ET MARINE - FABIEN MONTREUIL)

 

 

Les autres restaurants et l’essentiel des espaces publics se situent au pont 5. La grande salle à manger donne sur la poupe. A côté, on trouve le Baristas, un incontournable pour les amateurs de bon café, de capuccinos et autres pâtisseries.

En progressant vers l’avant, on arrive rapidement à la partie supérieure de l’atrium, avec son double escalier imposant et sa mezzanine, sur laquelle sont disposés de confortables canapés et fauteuils, ainsi qu’un piano. La réception et la conciergerie sont au niveau inférieur.

 

(© : MER ET MARINE - FABIEN MONTREUIL)

 

C’est également près de la partie haute de l’atrium que sont installées les boutiques, juste avant le bar Martinis et, toujours en progressant vers l’avant, le casino et pour finir la grande salle de spectacle. Celle-ci se déploie sur un seul pont, est aménagée comme un cabaret et dispose d’une scène où se produisent des artistes pour des productions qui changent chaque soir. Puis, une fois les shows terminés, la salle, équipée d’une grande piste de danse, peut se transformer en discothèque.

De l’Amazone à la Polynésie

Après sa saison inaugurale en Europe, le Sirena quittera Barcelone le 4 octobre pour traverser l’Atlantique et rejoindre New York. On le verra ensuite du Canada au Brésil, remontant l’Amazone jusqu’à Manaus. Puis, fin novembre, il passera sur la côte ouest des Etats-Unis et, en 2017, traversera le Pacifique pour naviguer vers la Polynésie, la Nouvelle-Zélande, l’Australie, avant de revenir aux Etats-Unis et de retrouver la Méditerranée au début de l’été.

 

Oceania Cruises