Science et Environnement
Océanographie : Les gliders et la connaissance des fonds marins

Actualité

Océanographie : Les gliders et la connaissance des fonds marins

Science et Environnement

Plus de 750.000 euros seront débloqués pour des applications en sismique pétrolière des gliders, entre 2005 et 2007. C’est ce qu’a annoncé la société française ACSA Underwater GPS, qui a organisé récemment une table ronde avec les experts, laboratoires et grandes écoles impliquées dans le développement de cette technologie. Toujours à l’état de prototype, notamment aux Etats-Unis, le glider (« planeur » en Anglais), est un mini sous-marin imaginé pour planer dans l’eau et remonter à intervalles de temps réguliers à la surface afin de communiquer les informations recueillies. Selon ACSA, les gliders sont une technologie de rupture, par rapport aux moyens actuellement embarqués sur les navires céanographiques : « la richesse des données acquises, (en) qualité et volume, fait de cet outil un véritable scanner des océans. D’autre part, (avec leur) faible taille, ils ne nécessitent aucun navire d’accompagnement. Par voie de conséquence, le coût de la logistique associée est minimisé ». Autonome, ce type de matériel, dont le poids est d’une cinquantaine de kilos, se positionne grâce à un GPS. Il peut intervenir dans différents domaines, de l’exploitation pétrolière offshore aux ressources biologiques, en passant par le secteur militaire et la lutte antipollution.

Fédérer chercheurs et entreprises pour développer le projet

Différents acteurs s’intéressent à ce nouvel engin sous-marin, à commencer par le CNRS, Ifremer et le Pôle de compétitivité MER PACA. Ce dernier pourrait prendre en charge l’étude juridique inhérente au déploiement en mer d’un outil inhabité, dossier qui pourrait également servir aux autres projets de robots en cours de développement dans la région, comme les SUVs et AUVs. Selon ACSA, « il convient maintenant de fédérer au sein d’un projet coopératif Recherche/Industrie les acteurs motivés de la région Provence Alpes Côte d'Azur ». Pour arriver à la conception des gliders européens, de nombreuses compétences sont recherchées en hydrodynamique, matériaux, électronique de très basse consommation, capteurs scientifiques, acoustique sous-marine, technologie hyperbare… Un appel aux entreprises et centres de recherches est lancé. La fiche technique du projet, qui sera déposée avant la fin du mois, sera labellisée en 2006.
Nés il y a 25 ans de l'imagination d'un grand océanographe américain, Henry Stommel, les gliders sont encore à l'état de prototypes malgré plus de 10 ans de développement aux Etats-Unis. Selon Ifremer, qui a décidé de tester des engins américains, « Ces instruments sont délicats à mettre au point. Ils ne présentent d'intérêt que s'ils sont suffisamment fiables et autonomes ».

Voir le site: underwater-gps.com