Construction Navale
Offshore: Anulation de contrats en cascade dans les chantiers coréens

Actualité

Offshore: Anulation de contrats en cascade dans les chantiers coréens

Construction Navale

Les temps sont durs pour les chantiers coréens et notamment les trois plus grands d’entre eux : Samsung Heavy Industries, DSME et Hyundai Heavy Industries. Déjà fortement impactés par la baisse des commandes dans tous les secteurs de la construction navale, ils doivent également faire face à la brutale crise de l’offshore. Cette dernière, consécutive à l’effondrement du prix du baril, provoque une très forte baisse des investissements des compagnies pétrolières et donc, par effet de cascade, de l’ensemble du secteur de l’Oil & Gas.

Depuis quelques mois, les trois grands chantiers ont ainsi vu l’annulation de plusieurs très gros contrats portant sur des unités complexes –et donc très onéreuses- destinées au secteur des hydrocarbures. Le danois Dong a ainsi annulé, fin mars, un contrat de 560 millions de dollars portant sur la construction, dans les chantiers DSME, d’une plateforme pétrolière. Fin 2015, Hyundai a vu l’annulation de deux contrats portant sur des plateformes semi-submersibles de forage, une destinée à Fred Olsen (montant de 620 millions de dollars), l’autre à Seadrill. Plus récemment, c’est Samsung qui a vu Pacific Drilling refuser un navire de forage en raison du retard de livraison (pour un montant de commande de 517 millions de dollars). Encore plus grave, Samsung vient de perdre un contrat de 4.7 milliards de dollars portant sur la construction de trois unités FLNG pour Shell.

Depuis début 2016, seules neuf commandes ont été enregistrées par les trois grands chantiers coréens. L’Etat vient de lancer un plan de sauvetage de 4.52 milliards d’euros pour leur venir en aide.

Asie