Offshore
Offshore : Total prend livraison du FPSO Pazflor

Actualité

Offshore : Total prend livraison du FPSO Pazflor

Offshore

Les chantiers sud-coréens Daewoo Shipbuilding and Marine Engineering (DSME) ont achevé la plus grande unité flottante de production et de stockage du monde. Commandé par Total, le FPSO (Floating Production, Storage and Offloading) Pazflor a quitté l'île de Koje le 18 janvier pour mettre le cap sur l'Angola. Pour effectuer ce trajet d'environ 10.000 nautiques, la structure est remorquée par les Fairmount Expedition, Fairmount Glacier et Fairmount Alpine, trois remorqueurs de haute mer de la compagnie néerlandaise Fairmount Marine, filiale de Louis Dreyfus Armateurs.

Début du remorquage  (© : LDA)
Début du remorquage (© : LDA)

Début du remorquage  (© : LDA)
Début du remorquage (© : LDA)

Début du remorquage  (© : LDA)
Début du remorquage (© : LDA)

Début du remorquage  (© : LDA)
Début du remorquage (© : LDA)

Un mastodonte de 120.000 tonnes

Long de 325 mètres pour une largeur de 61 mètres et une hauteur de 32 mètres, Pazflor pèse 120.000 tonnes. Doté notamment de turbines à gaz qui lui permettent de générer une puissance électrique de 120 MW et d'un quartier d'habitation pour 140 personnes, il pourra traiter jusqu'à 220.000 barils par jour. Le FPSO sera relié à quatre réservoirs (Perpetua, Acacia, Zinia et Hortensia). Situés dans les eaux angolaises du golfe de Guinée, à 150 kilomètres des côtes, ces réservoirs s'étirent sur une superficie de 600 km2, soit six fois la superficie de Paris, et sont enfouis sous 600 à 1200 mètres de profondeur d'eau et sous 1200 à 2100 mètres de sédiments.

  (© : TOTAL)
(© : TOTAL)

Quatre réservoirs pour deux types d'hydrocarbures

Il convient de noter qu'Acacia, découvert en 2000, s'est formé à l'époque Oligocène (environ 25 millions d'années) et renferme une huile légère de bonne qualité comparable à celle de Girassol. En revanche, Perpetua et Zinia (2002), ainsi qu'Hortensia (2003) sont plus récents car datant du Miocène (5 à 7 millions d'années) et recèlent un pétrole plus difficile, car plus lourd et beaucoup plus visqueux. L'un des challenges du projet Pazflor a donc été de mener de front l'exploitation de ces quatre réservoirs aux hydrocarbures très différents. Cela passait par la mise en place de deux systèmes sous-marins de production distincts reliés à une seule installation flottante de traitement et de stockage de l'huile.

Schéma d'un puits du projet Pazflor  (© : TOTAL)
Schéma d'un puits du projet Pazflor (© : TOTAL)

Mise en service au second semestre

Trois unités de séparation sous-marine (de 1200 tonnes chacune) seront installées par plus de 800 mètres de fond. Après séparation, les liquides seront remontés jusqu'à la surface grâce à de puissantes pompes, également posées sur le fond de la mer, et spécialement conçues pour Pazflor. Le gaz, plus léger, remontera naturellement jusqu'au FPSO. Ce dispositif de séparation sous-marine gaz/liquide, constitue, à cette échelle, une première mondiale. Pazflor sera relié à deux systèmes sous-marins de production cumulant 49 puits (25 producteurs, 22 injecteurs d'eau et 2 injecteurs de gaz) et 3 unités de séparation sous-marines associées à 6 pompes. L'ensemble s'appuiera sur un réseau de 175 kilomètres de pipelines et 90 kilomètres de lignes de commande et de contrôle serpentant sur le plancher de l'océan.
L'entrée en production de Pazflor est programmé au cours du deuxième semestre de cette année.

Total | Actualité maritime du groupe énergétique français