Vie Portuaire

Actualité

OFP Atlantique : De bons résultats et un nouvel actionnaire en vue

Vie Portuaire

Créé fin 2010, OFP Atlantique, détenu par les ports de La Rochelle et Nantes Saint-Nazaire, ainsi qu’Euro Cargo Rail, poursuit sa croissance. L’opérateur ferroviaire a transporté en 2016 quelques 952.000 tonnes de fret, atteignant quasiment l’objectif du million de tonnes fixé initialement pour 2018.

Après avoir enregistré une hausse de 40% de son activité entre 2014 et 2015, OFP Atlantique a connu une nouvelle croissance de 20% l’an dernier, atteignant un chiffre d’affaires de 11 millions d’euros. « Cette croissance prouve la réussite et le bienfondé et la création de cette entreprise, qui est rentable depuis ses débuts », se félicite Philippe Guillard, président d’OPF Atlantique.

Accroître l'hinterland pour booster le trafic

L’opérateur assure le transport depuis et vers les ports de La Rochelle et Nantes Saint-Nazaire de diverses marchandises, en grande partie des céréales, mais aussi de la pâte à papier ou encore des vracs liquides. Ce fret est notamment transporté vers la région Centre – Val de Loire, la Bourgogne, le Sud-Ouest et jusqu’en Rhône-Alpes. « L’objectif de la création de l’OFP par les ports est d’accroître leur hinterland naturel. Grâce à la massification des flux et une logistique terrestre fiable en pré et post acheminement, on peut en effet accroître le trafic maritime grâce à la croissance du trafic ferroviaire, et c’est ce que nous faisons depuis six ans ».

« La clé c’est d’être fiable »

Alors que cette activité a représenté l’an dernier pas moins de 700 trains, le développement du report modal, qui permet non seulement des gains en massification mais présente aussi des atouts environnementaux en limitant le recours aux camions, intéresse de nombreuses entreprises et chargeurs. Toutefois, pour que le concept fonctionne, il y a des prérequis : « La clé c’est d’être fiable et de gagner la confiance des clients, cela alors que le fret ferroviaire a connu une situation critique en France ces dernières années. Nous avons donc mené une démarche très importante au niveau national afin de sécuriser des sillons et les rendre plus productifs, ce qui conduit à disposer de liaisons plus robustes », explique Philippe Guillard. Pour y parvenir, OFP Atlantique travaille très en amont, jusqu’à trois ans en avance pour sécuriser les sillons proposés aux clients. Ce qui passe notamment par des discussions très étroites avec SNCF Réseau pour connaitre par exemple la disponibilité de telle ou telle voie ferrée suivant la liaison souhaitée, sachant que des marchés comme les céréales sont très foisonnants, avec des chargeurs qui desservent depuis un port des dizaines de silos à travers le pays. Une « gymnastique » complexe qui requiert beaucoup d’anticipation : « En fait, nous faisons du cousu main en proposant des solutions adaptées aux besoins et exigences des clients. Chaque train est suivi de façon très précise afin d’anticiper les problèmes et veiller à ce qu’il n’y ait pas de dysfonctionnement dans le service ».

Plusieurs candidats à la reprise des parts d'ECR

Lancée par le Grand Port Maritime de La Rochelle, rejoint en juillet 2013 par celui de Nantes Saint-Nazaire, cette initiative est donc un succès. Depuis ses débuts, l’OFP, qui emploie aujourd’hui 70 personnes, s’est appuyé sur son actionnaire industriel, Euro Cargo Rail, qui fournit notamment le matériel roulant. Mais cette filiale du groupe allemand Deutsche Bahn, spécialisée dans le fret ferroviaire, est actuellement en difficulté. Elle a enregistré un fort recul de son activité en 2016 et anticipait des pertes de près de 25 millions d'euros sur un chiffre d'affaires attendu de 180 millions d'euros. Du coup, ECR a décidé de céder les 24.9% qu’il détient dans OFP Atlantique, avec lequel il est sous contrat en tant que prestataire ferroviaire jusqu’à l’été 2017. « Nous avons lancé un appel à candidatures pour chercher une nouvelle entreprise qui soit à la fois actionnaire de la société et prestataire pour OFP Atlantique. Nous sommes très confiants car nous avons aujourd’hui reçu un très grand nombre de réponses, en majorité des sociétés françaises et étrangères très sérieuses ». Les discussions se poursuivent donc en vue de choisir avant l’été le successeur d’ECR.

 

Port de La Rochelle Port de Nantes Saint-Nazaire