Energies Marines

Actualité

OpenHydro : Premiers kW/h produits au Canada, Paimpol-Bréhat retardé

Energies Marines

Développée par OpenHydro, filiale de DCNS, la première des deux hydroliennes du parc pilote situé dans la baie de Fundy, au Canada, a été immergée avec succès la semaine dernière. L’imposante machine, d’un diamètre de 16 mètres et d’une puissance de 2 MW, a depuis produit ses premiers kW/h. La seconde hydrolienne canadienne devrait être en place et connectée au mois de juin.

Ces machines sont du même type que celles installées en janvier et mai sur le site de démonstration d’EDF EN à Paimpol-Bréhat, au large des côtes d'Armor. Produites par DCNS, elles ont été largement améliorées par rapport au prototype, testé en mer entre 2011 et 2014. Toutefois, malgré les importantes avancées réalisées pour mettre au point cette nouvelle technologie, très complexe, les industriels rencontrent certains aléas. Ce qui au demeurant n’a rien d’étonnant dans ces phases de développement qui ont justement pour objectif de fiabiliser les équipements avant de se lancer dans les grands projets commerciaux.

Un défaut sur des élements de fixation

Ainsi, sur les hydroliennes de Paimpol-Bréhat, un défaut sur des éléments permettant de fixer certains composants des machines a été détecté. Ce problème, qui a généré l’apparition de points de corrosion, n’a rien de rédhibitoire et a été traité sur les machines canadiennes, les travaux correctifs étant réalisés avant immersion. Une mesure qui n’a pu évidemment être mise en œuvre sur leurs homologues françaises, déjà à l’eau. Avec pour conséquence l’impossibilité de mettre dans l’immédiat en production et de tester les performances des deux machines reliées au réseau électrique terrestre, ce qu’EDF EN souhaitait faire avant la fin 2016.

Remontée des machines françaises cet hiver

L’énergéticien indique que les turbines, immergées à une quarantaine de mètres de profondeur, seront ramenées à quai cet hiver « afin de remplacer le composant défectueux et d’installer des optimisations déjà testées sur les turbines du projet en Baie de Fundy. Certaines opérations de déconnexion pourraient être anticipées avant l’hiver sous réserve de conditions météorologiques favorables. L’objectif est ensuite de remettre à l’eau les machines, avant la fin de l’année 2017 ».

Les avancées des derniers mois

Malgré ce nouveau contretemps, EDF souligne que le projet a bien avancé ces derniers mois : « DCNS/OpenHydro a pu éprouver son système d’installation, qui a permis de poser les machines sur le fond marin avec une précision de l’ordre du mètre. A l’issue de l’immersion de la seconde hydrolienne en mai 2016, et durant tout l’été, des opérations de connexion des deux hydroliennes ont été réalisées, suivies de nombreux tests de fonctionnement. Ainsi EDF également a pu tester les systèmes de connexion et de conversion. Les actions de suivi environnemental ont été poursuivies le long du câble de liaison sous-marin, montrant la bonne tenue du câble et des moyens de stabilisation après quatre hivers et une évolution très favorable du milieu en mer et au niveau de l’estran ».

 

Energies Marines Renouvelables Naval Group (ex-DCNS)