Vie Portuaire
Opération au chausse-pied pour le remorquage d'un pont sur la Loire

Actualité

Opération au chausse-pied pour le remorquage d'un pont sur la Loire

Vie Portuaire

Vendredi dernier, nous nous faisions échos du remorquage de l'un des trois éléments du futur pont Eric Tabarly, à Nantes. Aujourd'hui, nous revenons sur l'opération nautique en elle-même, qui n'était pas simple. Il s'agissait, en effet, d'acheminer par la Loire une structure de 80 mètres de long et 28 mètres de large, pesant la bagatelle de 880 tonnes. Le tout devait passer sous les ponts de Nantes en respectant un timing très serré, en raison de la marée et des courants du fleuve. Constructeur des structures métalliques du futur pont Tabarly, la société belge Victor Buyck était maître d'oeuvre de l'opération, dont la gestion a été confiée à l'Agence Maritime de l'Ouest. Cette dernière a fait appel à la Compagnie Ligérienne de Transport, qui assure habituellement le transfert par barge du charbon entre le terminal de Montoir et la centrale électrique de Cordemais. La station de pilotage de la Loire a, également, pris une part importante dans la préparation et la réalisation du transfert. Ainsi, la concertation entre les différents intervenants a été orchestrée par le pilote-major, responsable de la gestion nautique de la station de pilotage, missionné pour son expertise.

Quai Wilson, avant l'appareillage (© : PILOTES DE LA LOIRE)
Quai Wilson, avant l'appareillage (© : PILOTES DE LA LOIRE)

Après l'appareillage (© : PILOTES DE LA LOIRE)
Après l'appareillage (© : PILOTES DE LA LOIRE)

 Durant le transit (© : PILOTES DE LA LOIRE)
Durant le transit (© : PILOTES DE LA LOIRE)

 Durant le transit (© : PILOTES DE LA LOIRE)
Durant le transit (© : PILOTES DE LA LOIRE)

 Durant le transit (© : PILOTES DE LA LOIRE)
Durant le transit (© : PILOTES DE LA LOIRE)

 Durant le transit (© : PILOTES DE LA LOIRE)
Durant le transit (© : PILOTES DE LA LOIRE)

 Durant le transit (© : PILOTES DE LA LOIRE)
Durant le transit (© : PILOTES DE LA LOIRE)

Durant le transit (© : PILOTES DE LA LOIRE)
Durant le transit (© : PILOTES DE LA LOIRE)

Arrivé de Belgique et positionnée sur deux barges accouplées, les Tom et Wim, de la société Sarens, la première partie du pont Eric Tabarly a d'abord remonté l'estuaire de la Loire jusqu'au quai Wilson, sur l'île de Nantes. Sur cette partie du trajet, il n'y avait pas de difficulté en matière de tirant d'air, aucun pont, à l'exception des grands ouvrages de Saint-Nazaire et de Cheviré, n'enjambant la Loire. Il en allait tout autrement pour la seconde partie du voyage, avec le franchissement de plusieurs ponts urbains peu élevés (Anne de Bretagne, Victor Schoelcher, Haudaudine, Audibert, Aristide Briand, Willie Brandt et Rezal) avec, pour certains, une marge de manoeuvre de seulement quelques dizaines de centimètres. Jeudi dernier, le convoi s'est ébranlé, avec en son centre la structure soutenue par les deux barges, et à chaque extrémité les pousseurs Val d'Avel et Val d'Armor, de la CLT. L'ensemble mesurait 110.5 mètres de long pour 29.3 mètres de large. « La difficulté de cette opération résidait dans le franchissement des hauts fonds avec le minimum de hauteur d'eau nécessaire pour assurer le passage au plus juste sous les nombreux ponts du bras de la Madeleine. Le convoi est arrivé sur le site vers 12h15. Le timing a parfaitement été respecté pour rester en phase avec le passage sous le pont Audibert, point le plus délicat de l'expédition », explique Dominique Hardy, président de la station de pilotage de la Loire.
Après ce premier transfert réussi, les mêmes acteurs vont devoir répéter la manoeuvre avec la livraison, le mois prochain, du second élément du pont. Cette structure, aussi longue mais encore plus volumineuse, rendra l'opération d'autant plus délicate. Plus facile, en revanche, devrait être l'acheminement du tablier central, troisième et dernier élément, d'une longueur de 50 mètres.

Le long de l'île de Nantes (© : RADIO FRANCE - JACQUES DEPONT)
Le long de l'île de Nantes (© : RADIO FRANCE - JACQUES DEPONT)

Au deuxième trimestre 2011, le nouveau pont à haubans, long de 210 mètres et surmonté d'un pylône de 57 mètres de haut, sera mis en service. Cette infrastructure, destinée à ouvrir un nouveau point de franchissement de la Loire à l'Est de l'île de Nantes, reliera l'île de Nantes au quartier de Malakoff, sur la rive nord du fleuve. L'ouvrage est financé par la Communauté urbaine, le Conseil régional des Pays-de-la-Loire et le Conseil général de Loire-Atlantique. Son coût est de 26 millions d'euros.

Arrivée près du Conseil régional (© : PILOTES DE LA LOIRE)
Arrivée près du Conseil régional (© : PILOTES DE LA LOIRE)

Port de Nantes Saint-Nazaire