Défense
Opérations : La Marine nationale donne tout ce qu'elle a

Focus

Opérations : La Marine nationale donne tout ce qu'elle a

Défense

Malgré la contraction de ses moyens, la flotte française connait depuis plus d’un an une activité extrêmement soutenue. Engagée dans toutes les grandes opérations militaires menées par la France et continuant dans le même temps à assurer ses nombreuses missions permanentes, la Marine nationale jongle avec des capacités réduites et doit parfois faire des choix difficiles. Mais elle parvient malgré tout à remplir son contrat opérationnel, ce qui constitue quand on observe de plus près les besoins et enjeux, un vrai tour de force. Au point que l’on peut objectivement considérer les forces maritimes et aéronavales françaises comme faisant partie des plus efficientes au monde.

 

Le groupe aéronaval dans le golfe Persique (© MARINE NATIONALE)

Le groupe aéronaval dans le golfe Persique (© MARINE NATIONALE)

 

40 à 50 bâtiments à la mer

Pour s’en convaincre, il n’y a qu’à regarder la composition de la flotte et de l’aéronautique navale, y superposer la carte des déploiements (nous y reviendrons en détail plus loin) et constater qu’elles sont engagées sur tous les fronts. De la Méditerranée au Pacifique, en passant par l’océan Indien, le Golfe Persique, la mer de Chine, les Caraïbes, l’Atlantique, le Grand Nord, l’océan Austral, la mer Noire et les côtes africaines, les bateaux français sont partout. En 2015, 40 à 50 bâtiments de surface étaient en permanence à la mer, soit plus de la moitié des forces et la quasi-intégralité des unités disponibles, le reste étant en maintenance ou en réparation. Il en allait de même pour les avions et hélicoptères, sollicités comme jamais. En somme, il n’y a guère de réserve puisque tout ce qui est capable de naviguer ou de voler est mobilisé.

 

Falcon 200 Gardian Outre-mer (© MARINE NATIONALE)

Falcon 200 Gardian Outre-mer (© MARINE NATIONALE)

 

11 millions de km² de territoire national à protéger

Encore assez méconnue du grand public, l’action de la marine, basée sur le triptyque dissuasion/protection/intervention, est souvent peu visible et pourtant essentielle, surtout que les enjeux maritimes prennent une place de plus en plus importante sur l’échiquier géostratégique mondial. Or, la France, on ne cessera jamais de le rappeler, dispose du second espace marin du la planète, avec 11 millions de km² de zones économiques exclusives (20 fois la superficie de la France métropolitaine), doublées récemment d’une extension de 579.000 km2 de son domaine sous-marin. Concernant les ZEE, le moindre îlot possédé par le pays lui donne droit à un territoire d’un rayon de 200 milles. C’est ainsi que la Polynésie apporte 4.8 millions de km² d’espace maritime à la France, les Terres australes et antarctiques françaises 2.15 millions, la Nouvelle-Calédonie 1.36 million, La Réunion, Mayotte et les îles Eparses (canal du Mozambique) 1 million, Clipperton (au large du Mexique) 434.000, les Antilles 344.000, Saint-Pierre et Miquelon 10.000… Des territoires souvent riches en ressources halieutiques et dont les sous-sols renferment des richesses naturelles (minerais, terres rares, hydrocarbures…) potentiellement considérables et en attente d’être un jour exploitées. Il faut donc les protéger, y compris les plus isolées, et y faire respecter la souveraineté du pays face aux actes illicites (pêche, trafics) comme aux convoitises de certains Etats voisins car ces possessions sont aussi des atouts stratégiques contribuant à la présence et au rayonnement de la France comme puissance mondiale.

 

Frégate de surveillance Outre-mer (© MARINE NATIONALE)

Frégate de surveillance Outre-mer (© MARINE NATIONALE)

 

Sécuriser les approvisionnements du pays

Dans cette perspective, la marine est chargée de la surveillance et de la protection de ces vastes espaces oc

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française