Disp POPIN non abonne!
Défense

Actualité

OPV argentins : La France attend l’entrée en vigueur du contrat

Défense

La commande par l’Argentine de quatre patrouilleurs hauturiers à la France devrait bientôt entrer en vigueur. Un contrat qui a été signé le 22 juin dernier et en est au stade du bouclage des modalités financières. Une étape qui devrait être finalisée « dans quelques semaines », selon une source proche du dossier.

Le programme des OPV argentins porte sur la vente du patrouilleur hauturier L’Adroit et la construction en Bretagne de trois bâtiments similaires. Prototype de la nouvelle gamme d’OPV développée par Naval Group et désormais commercialisée par Kership, sa société commune avec Piriou, L’Adroit avait été réalisé sur fonds propres par l’ex-DCNS. Il a, d’octobre 2011 à août 2018, été opéré par la Marine nationale au travers d’une convention de mise à disposition.

L’Adroit doit bénéficier avant son transfert à l’Argentine d’un important arrêt technique, qui comprendra notamment le changement des lignes d’arbres et du réducteur, ainsi que le carénage de la coque et la mise aux couleurs de son nouveau propriétaire, dont il intègrera aussi certains équipements spécifiques. Viendront ensuite les essais à quai et à la mer, puis le transfert de pavillon effectué à Toulon avant le départ du navire, évidemment renommé, pour son pays d’adoption. La formation du futur équipage devrait être assurée par Naval Group.

Quant aux trois patrouilleurs neufs, prévus pour être réalisés par les chantiers bretons de Piriou et Kership (Concarneau et Lorient), ils doivent être très voisins de la tête de série, avec une longueur de 87 mètres pour une largeur de 14 mètres et un déplacement de 1650 tonnes en charge. Ils présentent les mêmes grands choix architecturaux : une passerelle panoramique surmontée d’une mâture unique avec un radar de surveillance Terma, deux rampes à l’arrière pour la mise en œuvre de grandes embarcations rapides d’au moins 9 mètres, ainsi qu’un abri pour un hélicoptère de 5 tonnes et une plateforme pour une machine de 10 tonnes. Le système de lutte prévu est comme sur L’Adroit un Polaris. L’artillerie principale est en revanche différente, puisqu'elle devrait être constituée d’un canon télé-opéré de 30mm (un affût manuel de 20mm aujourd’hui sur L’Adroit) et de mitrailleuses de plus petit calibre.

Par rapport à L’Adroit, les OPV 90 proposés à L’Argentine présentent d’autres différences, en particulier une structure renforcée pour la navigation dans les mers australes, où l’on trouve des plaques de glace dérivantes. L’autonomie, de 8000 milles à 12 nœuds, est renforcée sur certains points, comme la production d’eau douce.

La construction de chaque patrouilleur doit représenter trois ans de travail pour les chantiers bretons. 

 

Naval Group (ex-DCNS) Piriou