Energies Marines
Les Chantiers de l’Atlantique décrochent une sous-station pour un parc éolien allemand

Actualité

Les Chantiers de l’Atlantique décrochent une sous-station pour un parc éolien allemand

Energies Marines

Nouveau succès sur le marché international pour Atlantique Offshore Energy, la business unit des Chantiers de l’Atlantique spécialisée dans les énergies marine. Le groupe danois Ørsted a retenu son offre pour la conception et la réalisation d’une sous-station électrique de 242 MW destinée au futur parc éolien Gode Wind 3, développé dans les eaux allemandes de la mer du Nord. Sous réserve de la décision finale d’investissement d’Ørsted, cette sous-station doit être installée en 2023. « Cette nouvelle commande à l’export confirme la dynamique du marché européen, et la position de premier rang de Chantiers de l’Atlantique sur celui-ci. Ce projet porte le carnet de commandes de l’entreprise dans le domaine des sous-stations à près de 1.8 GW, soit le double de la capacité déjà installée par Chantiers de l’Atlantique dans les cinq dernières années », déclare le constructeur français.

C’est la seconde fois qu’Ørsted choisit Saint-Nazaire pour l’un de ses projets de parcs éoliens offshore. Le groupe danois, à l'époque où il s'appelait encore Dong, a même été le tout premier client des Chantiers de l’Atlantique sur ce marché, avec la sous-station de 210 MW installée en 2014 sur le parc britannique Westermost Rough. C’est avec ce projet que l’industriel français a pu se mettre le pied à l’étrier, afin de développer ses savoir-faire et le réseau de partenaires et sous-traitants nécessaire à de telles réalisations. Depuis, Atlantique Offshore Energy s’est développé avec d’autres projets jusqu’à proposer une offre complète, de la conception à la réalisation en passant par l’installation en mer et la mise en service. Ainsi, alors que le contrat Westermost Rough portait uniquement sur la construction de la sous-station, sur la base de plans fournis par le client, AOE a mené à bien, en 2018, ses deux premiers contrats globaux de type EPCI (Engineering Procurement Construction and Installation). Il s’agissait des sous-stations des parcs Rentel (309 MW) en Belgique et Arkona (385 MW) en Allemagne.

Depuis, Saint-Nazaire a déroché auprès d’EDF et Enbridge la commande de deux équipements de ce type destinés aux parcs français de Saint-Nazaire et de Fécamp. La première, d’une puissance de 480 MW, sera installée cette année alors que la seconde, de 497 MW, sera livrée en 2022. La commande d’une autre sous-station par ces mêmes clients, destinée au futur champ de Courseulles-sur-Mer, doit normalement suivre.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Chantiers de l'Atlantique | Toute l'actualité des chantiers de Saint-Nazaire