Défense
Où en est la Marine nationale dans son plan de déconstruction ?

Actualité

Où en est la Marine nationale dans son plan de déconstruction ?

Défense

Après de longues années de préparation, le processus de démantèlement de l’imposante flotte d’anciens bâtiments militaires français va rapidement monter en puissance. La notification le 11 décembre du marché de déconstruction de six vieux escorteurs d’escadre, avisos-escorteurs et avisos n’est, en fait, que le premier d’une série de contrats à signer dans les prochains mois et qui va conduire à l’évacuation de l’ensemble des grosses coques en attente dans les ports français.

C’est au cours des années 2000 que la question du traitement des unités désarmées a pris de l’importance. A partir du 1er janvier 2001 pour la Méditerranée et du 31 décembre 2004 pour l’Atlantique, il n’a, en effet, plus été possible de couler au large les épaves, ce qui se faisait traditionnellement auparavant pour s’en débarrasser et, au passage, entrainer les forces ou tester de nouvelles armes. La France n’a toutefois pas attendu l’entrée en vigueur de ces limitations imposées par des conventions internationales pour, dans les années qui précédèrent, limiter les « oceanisations » de navires. A quelques rares exceptions près, comme le bâtiment de soutien mobile Garonne, coulé au large de La Réunion en octobre 2003, la Marine nationale avait déjà cessé cette pratique, essentiellement pour des questions de protection de l’environnement.  

 

 

L'ex-Clemenceau de retour à Brest en 2006 (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

L'ex-Clemenceau de retour à Brest en 2006 (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

 

 

Les leçons du Clemenceau

 

 

Avec une conséquence directe : faute d’une filière nationale de démantèlement, cette activité n’étant plus rentable en raison de la concurrence asiatique et du renforcement de la règlementation sur le traitement des produits dangereux, les coques désarmées se sont progressivement entassées dans les ports. Une situation qui ne pouvait évidemment durer, ne serait-ce qu’en raison d’u

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française