Défense
Où en est le programme des chasseurs de mines belgo-néerlandais ?
ABONNÉS

Actualité

Où en est le programme des chasseurs de mines belgo-néerlandais ?

Défense

Le 23 mai 2019, le contrat de 2 milliards d’euros portant sur l’acquisition par les marines belge et néerlandaise de 12 bâtiments de guerre des mines équipés de systèmes de drones entrait en vigueur. A l’issue d’une compétition internationale, c’est Belgium Naval & Robotics, consortium réunissant Naval Group et ECA Group, qui avait été choisi le 12 mars précédent. « Dès la notification du contrat, un gros travail de fond a été engagé afin de traduire les exigences opérationnelles en exigences de développement et les valider avec le client », explique la direction du programme. De l’architecture du navire aux drones mis en œuvre (qui forment la tool box), en passant par le système de combat, le soutien logistique et la formation, le travail est considérable puisque ce projet novateur et donc forcément complexe comprend pas moins de 2000 exigences, dont 1800 d’ordre technique, 1200 pour le navire porteur et 600 pour la tool box. Un niveau comparable à ce qu’en France la Direction Générale de l’Armement demande pour une frégate de premier rang. Le tout s’inscrit dans un processus très normalisé avec même l’adoption d’une norme ISO pour les procédures d’ingénierie systèmes.

Jalons franchis et à venir

Un premier jalon de développement a été franchi le 23 octobre dernier avec la « Systems Requirement Review », dont la validation a permis de servir de base pour lancer véritablement la conception du navire et de ses systèmes. Le prochain jalon (Systems Functional Review) doit être franchi en mars/avril de cette année. « Là, nous validerons avec le client la totalité des schémas de fonctionnement des installations du navire : les réseaux informatiques et les systèmes logiciels, les installations électriques, les senseurs et les armes du système de combat, les systèmes de télécommunication et de liaison de données notamment avec les drones, tous les systèmes des navires comme la lutte contre les incendies, comment tous les composants sont interconnectés pour atteindre les performances requises ».

Belgium Naval & Robotics travaillera ensuite plus finement sur le dimensionnement du bâtiment porteur, le détail de l’aménagement de ses locaux, les drones, leur système de mission et les logiciels de traitement associés, les développements spécifiques au système de combat (Polaris)… Tout cela aboutira à une Preliminary Design Review, prévue fin 2020, puis rapidement la Critical Design Review. Une fois validée, elle permettra de lancer la construction du bâtiment tête de série, dont la conception détaillée s’achèvera comme il est d’usage en cours de fabrication.

 

 (© : BNR)

 (© : BNR)

 

La construction des navires débutera en Bretagne en 2021

La maitrise de réalisation des 12 chasseurs de mines, qui mesureront un peu plus de 80 mètres pour une largeur totale de 17 mètres et un déplacement de plus de 2700 tonnes en charge, va pour mémoire être confiée à Kership, société commune de Piriou et Naval Group. La construction des navires proprement dite sera menée par le chantier Piriou de Concarneau, celui-ci étant secondé pour la production des coques par le site Kership de Lanester, près de Lorient, et peut être d’autres chantiers extérieurs selon le plan de charge. La production doit être lancée au premier semestre 2021 en vue d’une livraison du 1er navire prévue contractuellement au plus tard le 23 mai 2024. Ce bâtiment est destiné à la marine belge, qui pilote ce programme binational. Du fait qu’il s’agit d’un premier de série, la phase d’essais et de mise au point sera

Naval Group | Actualité industrie navale de défense Marine belge | Toute l'actualité de la Composante marine Marine néerlandaise | Actualité de la Koninklijke Marine