Divers

Actualité

Ouragan Irma : Deux frégates françaises vont porter assistance aux îles sinistrées

Divers

Après le passage de l’ouragan Irma, qui a frappé de plein fouet les îles française Saint-Barthélemy et franco-néerlandaise de Saint-Martin, tous les services de l’Etat, à commencer Forces armées françaises aux Antilles et en Guyane, sont mobilisés pour venir en aide aux sinistrés. Parmi les moyens qui vont être déployés se trouvent notamment les deux frégates de la Marine nationale basées à Fort-de-France, en Martinique. Cette nuit, le Ventôse et le Germinal chargeaient du fret de secours, dont des vivres, que les bâtiments vont acheminer vers les îles dévastées par un phénomène météo d’une ampleur exceptionnelle. On notera que la marine néerlandaise, qui dispose d'une implantation à Saint-Martin et a diffusé ce matin d'impressionnantes images de l'île (voir ci-dessous), dispose déjà sur place d'une centaine d'hommes, alors que le patrouilleur Zeeland et le navire de souiten Pelikaan sont en train d'être positionnés sur zone.

 

Le Pelikaan de marine néerlandaise (© KONINKLIJKE MARINE)

 

 

Image de Saint-Martin diffusée par la marine néerlandaise (© KONINKLIJKE MARINE)

 

Côté français, une reconnaissance aérienne a été menée ce matin pour évaluer les dégâts et les besoins, les militaires s'activant pour mettre en place un pont aérien depuis la Guadeloupe, qui va servir de base arrière aux opérations. Chargé notamment d'évacuer les blessés et d'apporter du matériel d'urgence, il sera mis en place sitôt la piste de Saint-Martin suffisamment dégagée pour permettre l'atterrissage d'appareils de transport. Pendant ce temps, des renforts sont acheminés depuis la métropole aux Antilles. Quelques 120 pompiers et sauveteurs de la sécurité civile et la Croix rouge, comprenant notamment des équipes cynophiles pour fouiller les décombres, sont arrivés cette nuit à Pointe à Pitre avec la ministre des Outre-mer, Annick Girardin. 

Avec une pression de 914 hPa, l’une des plus basses observées durant le dernier siècle, une vitesse de vent moyenne de 250 km/h, des rafales à 300 km/h et même des pointes à 360 km/h, Irma est classé 5, la plus haute catégorie sur l'échelle de Saffir-Simpson. C’est sans doute, d’après les météorologistes, l’un des plus puissants ouragans jamais connus. Son œil, d’un diamètre de 50 km, est passé tout droit sur Saint-Barthélemy et Saint-Martin, avec des conséquences manifestement énormes, bien qu’encore difficilement mesurables. Et l

 

Irma avant son arrivée son passage sur le nord de l'arc antillais (© NOAA)

 

« Il est trop tôt pour faire un bilan chiffré. Je peux d’ores et déjà vous dire que ce bilan sera dur et cruel, nous aurons à déplorer des victimes », a déclaré dans la soirée Emmanuel Macron, le président de la République, qui a évoqué des « dégâts matériels considérables ».

Alors que les autorités redoutent qu’Irma ait fait de nombreuses victimes, deux premiers décès ont été annoncés hier soir (six autres ce matin). Face à un ouragan présenté par Météo France comme le plus intense observé jusqu’ici en Atlantique, Saint-Barthélemy et Saint-Martin avaient été placées en alerte violette, avec confinement de la population.

Les deux îles étaient hier en black-out électrique total du fait des dégâts sur le réseau et les centrales. Celle de Saint-Barth est détruite, cette île, encore quasiment coupée du monde ce matin, ayant été selon les rares témoignages sur place, littéralement rasée par l'ouragan. Les premières images montrent de nombreuses maisons éventrées ou aux toitures arrachées. Même des bâtiments parmi les plus solides ont été fortement endommagés, à l'image de la préfecture de Saint-Martin. Ce qui augure du pire pour les habitats plus rustiques. Les services de secours eux-mêmes n’ont pas été épargnés. A Saint-Barthélemy, la caserne des pompiers était sous l’eau, ses véhicules hors-service, celle de Saint-Martin étant également sinistrée.

Le vent mais également la submersion - les vagues ont atteint 12 mètres - ont ravagé les côtes, d’importantes inondations étant signalées. L'aéroport Princess Juliana de Saint-Martin est sévèrement atteint, une partie de la piste, côté français, ayant pu être remise en état dans la nuit, permettant de préparer l'arrivée d'avions militaires. La Guadeloupe a été beaucoup moins touchée, 8000 foyers, principalement dans le Nord, ont quand même été privés d'électricité. 

Irma fait désormais route vers Porto-Rico, la République Dominicaine, Haïti, Cuba, les Bahamas et la Floride qu'elle pourrait atteindre en fin de journée samedi. Le cyclone devrait néanmoins perdre en intensité et être déclassé en catégorie 4 dans les 48 heures à venir. Mais derrière lui, un autre ouragan, José, est déjà en train de grossir dans l'Atlantique et risque de passer dans la zone. Même si l'on attend pas un nouveau désastre comme Irma, les dégâts provoqués rendent les îles très vulnérables. 

 

Le cyclone Irma filmé depuis la Station Spatiale Internationale (Images NASA)

Marine nationale