Divers
Pacifique: entre extension des espaces marins et préservation de la ressource

Analyse

Pacifique: entre extension des espaces marins et préservation de la ressource

Divers

“ Alors qu’elle dispose du second espace maritime mondial et a l’une des meilleures marines marchandes et militaires, la France a tendance à ignorer ses espaces maritimes “ 1 . Avec ses 11 millions de km² de ZEE, la France n’a cessé d’accroître les espaces marins placés sous sa juridiction. Ces extensions découlent de la Convention de Montego Bay avec la ZEE (zone économique exclusive), le plateau continental et sa possible extension. Ils concernent tous les territoires de la France ultra-marine, mais ceux du Pacifique ont un intérêt particulier. Tout d’abord, ce sont les plus éloignés, entre 17 000 km pour la Nouvelle Calédonie et 15 000 km depuis Paris pour la Polynésie, sans oublier Wallis et Futuna et Clipperton. Ils sont au cœur du nouvel axe stratégique identifié par les Etats-Unis, centré sur l’indo-pacifique (création de l’U.S Indo Pacific Command le 30 Mai 2018). Ce sont en plus des collectivités particulières dans le système politique français, avec pour certaines des transferts de compétences. Ensuite, ils sont concernés à plusieurs titres par le coup de projecteur actuel sur l’économie bleue, avec la préservation des ressources biologiques telles que les thonidés et le pendant de la lutte contre la pêche illicite, non déclarée, non réglementée (INN), mais aussi des ressources minérales profondes dont l’intérêt va croissant face aux prévisions d’épuisement prochain de réserves terrestres. Si la France semble avoir fait le choix de la préservation pour ces nouveaux espaces sous juridiction, il n’en demeure pas moins que leur immensité et la question de leur protection représentent un enjeu de taille face à la pression régionale pesant sur l’exploitation des ressources biologiques et minérales.

- LIRE LA NOTE DE SYNTHESE

_______________________________________________

L'Institut Supérieur d'Economie Maritime a été créé en 1997. Pole unique en France, l'ISEMAR est, à la fois, un centre de recherche, un formidable outil de collecte et de diffusion de l'information, ainsi qu'une structure de conseil, à destination des collectivités locales et des acteurs privés du monde maritime et portuaire. Soutenu par la ville de Saint-Nazaire, Nantes Métropole, la Chambre de Commerce et d'Industrie de Nantes Saint-Nazaire et l'Union maritime locale, L'ISEMAR, s'il reste ancré dans l'estuaire de la Loire, s'adresse à l'ensemble de la communauté maritime nationale et européenne.

Plus d'informations sur le site de l'ISEMAR