Divers
Panama : 31 janvier au 1er février : Entre deux mondes...

Actualité

Panama : 31 janvier au 1er février : Entre deux mondes...

Divers

Mardi 31 janvier, nous avons franchi le célèbre canal de Panama. Ce fut un moment particulièrement intense. Nous avons pris la première écluse, celle de Gatun, à 09h00 du matin, pour arriver au port de Balboa à 17h00. Sur les bords du canal, nous pouvions admirer la végétation luxuriante de ce pays tropical, les anciennes bases de l’armée américaine, mais surtout, la grandeur des travaux effectués pour créer ce canal. Nous avons aussi observé une minute de silence en mémoire des français morts au cours de la construction du canal. Enfin un « panamax » (un porte-conteneurs), qui nous suivait, nous a impressionné lors de son passage. L’espace qui le séparait des bords des écluses devait être d’à peine 50 centimètres ! Durant notre courte escale à Panama (à peine 1 jour et demi) nous avons eu l’occasion d’accueillir le commandant de la marine panaméenne, le contre-amiral Traad Porras, ainsi que les ambassadeurs de France, d’Italie et d’Allemagne. Puis, à nouveau, nous avons rendu hommage aux Français morts au Panama lors d’un dépôt de gerbe au cimetière français.

Le passage dans le Pacifique avant le traditionnel « passage de la ligne »

Après cette brève escale, nous avons donc repris le cours de notre mission de sauvegarde maritime, de formation des officiers élèves et sommes enfin passés en Océan Pacifique. La différence se fait sentir d’ailleurs, depuis notre départ de Brest nous avions en moyenne des vents de 30 nœuds et une mer de force 3 ; depuis que nous avons passé le canal, nous naviguons sur une mer « d’huile ». Dans deux jours nous passerons la ligne, aussi dans les coursives on ne parle plus que de cela. Avec une certaine impatience l’ensemble du bord commence à se préparer… Le franchissement de l'équateur par un bâtiment est appelé passage de la ligne. Il est l'occasion de festivités initiatiques organisées pour les marins qui le franchissent pour la première fois, dénommés « néophytes ». Elles s'achèvent par une cérémonie rituelle (le baptême) qui transforme le néophyte en « chevalier des mers ». Un diplôme est remis en souvenir à chaque nouveau chevalier. Il devra le présenter à tout passage de ligne suivant, sous peine d'être considéré comme néophyte...
_____________________________________

• Retrouvez toute l'actualité du groupe école sur le site de la Marine nationale

• Voir la fiche technique de la Jeanne d'Arc

• Voir la fiche technique du Georges Leygues


GEAOM 2005 - 2006