Nautisme
Pangaea, le voilier de Mike Horn, saisi à La Ciotat

Actualité

Pangaea, le voilier de Mike Horn, saisi à La Ciotat

Nautisme

 

Pangaea, voilier d’exploration de 35 mètres de long du navigateur Mike Horn a été saisi le 13 mai dernier dans le port de la Ciotat. A l’origine de cette saisie conservatoire ordonnée par le tribunal de commerce de Marseille, une plainte pour contrefaçon déposée contre Mike Horn par deux architectes navals français Olivier Petit et Luc Bouvet.

Une affaire actuellement pendante devant le tribunal de grande instance de Paris et qui date de 2008, date de la construction de Pangaea, dans un chantier brésilien. Les architectes Olivier Petit et Luc Bouvet sont des spécialistes des voiliers d’exploration et notamment auteurs de Tara (ex Antarctica) et Paraati 2.

Selon les conclusions déposées par leur avocat au tribunal de commerce en vue de la saisie conservatoire, ils auraient été consultés en 2006 par Mike Horn pour construire un voilier d’exploration. Ils auraient alors orienté Mike Horn vers le chantier brésilien où a été construit Paraati 2. Et c’est à ce moment là, toujours selon les plaignants, que les plans de Pangaea auraient été conçus en reprenant ceux de Paraati 2, sans qu’ils soient consultés.

 

Un procès sur le fond en septembre prochain

 

Les architectes pointent notamment les similitudes  des plans de carène et de structure, spécifiques aux navires prévus pour être emprisonnés dans les glaces. Les plaignants rapportent n’avoir toucher aucun royalties sur les plans de ce navire, qui sont officiellement signés par Mike Horn et Thierry Stump. Ils réclament chacun 500.000 euros de dommages intérêts pour leur préjudice. Le montant de la saisie conservatoire a été fixée à 100.000 euros.

Pour mémoire, une saisie conservatoire ne signifie pas une condamnation sur le fond. Il s’agit plutôt d’une « garantie » que les défendeurs se présentent au procès. En ce qui concerne cette affaire, le procès sur le fond devrait se dérouler en septembre prochain.

Pangaea revient d’une mission d’exploration de quatre ans durant lesquels le navire n’a escalé qu’une seule fois en France. Selon le site internet de la mission, le voilier devrait réappareiller vers l’Arctique prochainement.