Energies Marines
Parc éolien de Groix : Un outil de carottage en attente de récupération

Actualité

Parc éolien de Groix : Un outil de carottage en attente de récupération

Energies Marines

Dans le cadre des études géotechniques menées sur le site du futur parc éolien flottant implanté entre Groix et Belle-Ile, un outil permettant les sondages carottés a été laissé au fond de l’eau le 21 septembre par l’Atlantic Tonjer. Ce navire affrété par société belge G-Tech, chargée de cette mission par le consortium développant le parc, en était à son dernier jour de campagne lorsqu’une avarie l’a empêché de remonter son équipement. Celui-ci repose par 69 mètres de fond. Le jour-même de l’incident, un signalement a été fait aux autorités et au Comité départemental des pêches maritimes et des élevages marins du Morbihan, doublé comme le veut la procédure d’un avis aux navigateurs. En attendant que l’outil soit remonté, Eolfi, qui développe le champ éolien de Groix-Belle-Ile, a fait installer hier par la société Ifmer une bouée marquée et équipée d’un flasheur de nuit sur la zone du futur parc. « Un plan de récupération a été mis en place par la société G-tec, responsable de la campagne de mesure géotechnique, et proposé aux autorités. G-tec a mandaté la société Jifmar pour cette opération. Initialement prévue semaine 39, cette dernière a été décalée pour cause de mauvaises conditions météorologiques », explique Eolfi. C’est ce retard qui a entrainé la décision de mettre en place une bouée, « dans l’attente de la récupération de l’outil prévu dans les prochains jours, dès que les conditions météorologiques le permettront ». Le développeur ajoute que cette installation « répond à la préoccupation du Comité départemental des pêches maritimes et des élevages marins du Morbihan et à la Délégation à la Mer et au Littoral d’ajouter une marque visible ».

 

La bouée installée hier avant son départ de Lorient (© EOLFI)

La bouée installée hier avant son départ de Lorient (© EOLFI)

 

Pour mémoire, Groix et Belle-Île sera un parc pilote comprenant quatre éoliennes flottantes dotées chacune d’une turbine Haliade (General Electric) d’une puissance de 6 MW, le flotteur étant conçu par Naval Energies (ex-DCNS). Elles devraient être installées à l’horizon 2020 par des fonds de 60 à 70 mètres.

Dans cette perspective, Eolfi a mené en août et septembre des campagnes en mer, sur la zone estimée du projet, avec comme objectif de mieux caractériser les sols. La campagne « UXO » (UneXploded Ordnance), destinée à repérer d’éventuelles munitions historiques présentes au fond de la mer, a été réalisée début août. A suivi la campagne géotechnique, à partir de début septembre, qui permet de connaître la nature des fonds marins, et ainsi de définir plus précisément les paramètres utiles au dimensionnement des ancrages des éoliennes flottantes.